Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Premier forum francophone consacré à Lemony Snicket & Daniel Handler
 
AccueilGroupesFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionGalerie
Derniers sujets
» The nouvelle !
Ven 13 Oct 2017 - 16:16 par Paradoxe

» 058 — Tome V, Chapitre VI
Jeu 13 Juil 2017 - 16:04 par Elrond Smith

» 057 — Tome V, Chapitre V
Jeu 13 Juil 2017 - 15:50 par Elrond Smith

» 056 — Tome V, Chapitre IV
Jeu 13 Juil 2017 - 15:38 par Elrond Smith

» Le Désastreux Défi : RDV le 1er juin 2017 !!!
Jeu 13 Juil 2017 - 14:46 par Paradoxe

» 039 — Tome III, Chapitre XIII
Dim 9 Juil 2017 - 22:06 par Docteur Orwell.

» 038 — Tome III, Chapitre XII
Dim 9 Juil 2017 - 21:58 par Docteur Orwell.

» 037 — Tome III, Chapitre XI
Dim 9 Juil 2017 - 21:42 par Docteur Orwell.

» 036 — Tome III, Chapitre X
Dim 9 Juil 2017 - 21:27 par Docteur Orwell.

» 035 — Tome III, Chapitre IX
Dim 9 Juil 2017 - 21:15 par Docteur Orwell.

» 034 — Tome III, Chapitre VIII
Mar 4 Juil 2017 - 22:28 par Docteur Orwell.

» 033 — Tome III, Chapitre VII
Mar 4 Juil 2017 - 22:08 par Docteur Orwell.

Sujets similaires
Sondage
La saison 1 de la série Netflix est...
1) Parfaite !
18%
 18% [ 3 ]
2) Très bonne, hâte de voir la suite !
65%
 65% [ 11 ]
3) Une bonne adaptation.
18%
 18% [ 3 ]
4) Une série correcte, mais une adaptation décevante des livres.
0%
 0% [ 0 ]
5) Moyenne, très perfectible sur de nombreux points.
0%
 0% [ 0 ]
6) Mauvaise, une insulte à l'oeuvre originelle.
0%
 0% [ 0 ]
7) Une saison très médiocre, il n'y a rien à sauver et la perspective d'une saison 2 me terrifie.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 17
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Elrond Smith
 
Baron Omar
 
Compt Olaf
 
robinDHER
 
Docteur Orwell.
 
Tano Tatano
 
Pinine
 
Prunille
 
Marv
 
Fazz
 
Statistiques
Nous avons 486 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est M.S.

Nos membres ont posté un total de 230881 messages dans 2199 sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

 Compte à Rebours !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Dim 14 Oct 2012 - 20:49

MDR, il y a TELLEMENT de choses inadaptables au cinéma dans cette saga, quoi. Laughing Surtout que dans tout ce passage, tu te demandes sincèrement comment ils vont faire pour sortir de cette putain de cage d'ascenseur, et la seule solution qu'ils trouvent, c'est... Nin, mais nin, quoi. Mr. Green

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Fazz
Vendeur de bananes
avatar

Nombre de messages : 6809
Réputation : 494
Points : 16817
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Dim 14 Oct 2012 - 22:42

Elrond_Smith a écrit:
Et par rapport à la précédente analyse, je dois dire que je suis fan du duel Sunny vs. Orwell, mais par contre, je bloque sur la montée d'ascenseur avec les dints, et je n'ai jamais su expliquer pourquoi. MDR

Pareil pour moi ! Incertain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Lustreur de vaisselle
avatar

Nombre de messages : 7840
Réputation : 814
Points : 15643
Date d'inscription : 12/06/2011

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Dim 14 Oct 2012 - 23:09

(Message inintéressant juste pour dire que si je réponds pas à ce topic, c'est pas par désintérêt, loin de là, mais j'ai pas la possibilité de relecture -hors bio-, là de suite, donc ça serait trop frustrant. lol !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 15 Oct 2012 - 23:11

Pfiou, presque à la moitié ! Mine de rien les choses sérieuses commencent. J'adore

A voir sur mon blog : http://danielhandler.canalblog.com/archives/2012/10/15/25345279.html

Citation :
Ah, les deux pages noires du Tome VI ! Un moment emblématique de la série… Oh, pas seulement parce qu’il est désastreux à souhait, mais aussi parce qu’il nous pousse à nous demander « dans quel autre livre pourrais-je trouver ce genre de trucs ? »

Si vous ne le saviez pas, cet artifice littéraire est honteusement pompé sur Vie et Opinions de Tristam Shandy, un modèle du genre en matière de jeu littéraire et paratextuel. Dans ce roman, deux pages remplies d’un noir d’encre suivent la mort d’un personnage principal, pour mettre en emphase le sentiment de désespoir du protagoniste. L’équivalent français serait Jacques le Fataliste et son Maître, lui-même honteusement pompé dessus. On peut néanmoins défendre Snicket en avançant qu’il améliore le procédé : les pages noires ne représentent pas seulement un moment de choc émotionnel, mais aussi une obscurité littérale et un passage de temps déroutant et court. Ahah !

Il y a pas mal d’autres jeux paratextuels dans la série, mais je crois que c’est le premier de cette envergure, et un des plus réussis. Impossible également de ne pas citer un autre moment de bravoure : la page du tome X imprimée en double, où il est question de la notion de « déjà-vu. » J’ai même entendu une anecdote croustillante d’un père de famille en colère dans une librairie, qui voulait se faire remplacer le livre pour défaut d’impression… Il n’avait visiblement pas compris la blague. Dans le même genre, Handler a reçu pas mal de plaintes de parents quant au titre du Tome XII, soi-disant parce que « pénultième » était un mot trop compliqué pour le public enfantin. Il s’est néanmoins vite aperçu que c’étaient les parents qui se sentaient vexés de ne pas connaître ce mot non plus…

La vocation culturelle de la série est un sujet franchement épineux, parce que trouble. D’un côté il y a semble-t-il une vraie volonté d’instruire et d’augmenter la culture des lecteurs, de l’autre la façon dont Snicket s’y prend est clairement une parodie des livres pour enfants à vocation ultra-éducative… Beaucoup de gens se plaignent que certaines scènes d’action de la série soient coupées par d’interminables monologues du narrateur qui n’ont rien à voir avec ce qui se passe, mais la plupart du temps, c’est parfaitement voulu. C’est aussi une des raisons pour lesquelles la série est si casse-gueule à traduire en français parce que la complexité du vocabulaire est complètement différente selon les domaines – de ce fait c’est parfois étrange de voir Snicket donner la définition de certains mots alors que d’autres termes assez ampoulés sont utilisés comme si on était tous censés les connaître. Mais bon, même dans la version originale des livres, ce défaut existe aussi… Heureusement que cette propension à définir le vocabulaire employé est surtout un pastiche des livres pour enfants recalibrés aux programmes d’apprentissage de la lecture, parce que sinon cet aspect arbitraire des registres de langues passerait plus mal.

Il y avait un entretien que j’ai toujours regretté de ne pas avoir photocopié – c’était pour le magazine français Je Bouquine, à l’occasion de la sortie du Tome V. Il était court, mais ça ne l’empêchait pas de poser des questions intéressantes – le journaliste (qui connaissait visiblement bien les lecteurs) demandait si l’on connaîtrait l’histoire de Lemony et Béatrice dans les livres, et Snicket/Handler de répondre que « oui, mais il faudra lire les livres très attentivement. » Entre autres choses abordées, il y avait justement le côté culturel des bouquins : « Vous donnez beaucoup de leçons dans vos livres, estimez-vous que les jeunes d’aujourd’hui sont insuffisamment cultivés ? _ J’estime que tout le monde, à des degrés divers, est insuffisamment cultivé. »

[NB : je récite ici de mémoire un article de journal lu une fois en, je ne sais plus, 2002, 2003 ? Je ne me porte absolument pas garant de la véracité des dires que je prétends rapporter]

Et, effectivement, c’est vrai que tous les livres de Handler lui-même ont tous une certaine portée didactique : dans le Cercle des Huit, Flannery explique Othello parce qu’elle estime son lectorat trop con pour connaître la pièce, Adverbs regorge d’anecdotes culturelles, Why We Broke Up est une lettre écrite par une intello à un ignare qui doit lui expliquer pas mal de termes cinématographiques pour se faire comprendre. La dimension didactique est encore plus grande en ce qui concerne les plus jeunes, avec The Composer is Dead qui est un prétexte à initier les enfants à la musique classique, ou Thirteen Words qui leur fait apprendre des mots rares mais rigolos.

On s’est souvent demandé à quoi servent au juste ces allusions culturelles dans la série. Sont-elles là pour que les intellos se sentent supérieurs en les dénichant ? Ou au contraire Handler a-t-il vraiment le désir que ses lecteurs aillent chercher plus loin et se renseignent sur les références cachées dans ses livres ? Ce qu’il faut retenir, dans les deux cas, c’est que c’est assez divertissant ; produire quelque chose d’intéressant pour deux types de publics différents avec un seul procédé littéraire, c’est assez fort, je trouve. Je repense à d’autres livres complètement saturés de références historiques comme le Pendule de Foucault – dans ce cas précis Umberto Eco avait vraiment pour but de pousser ses lecteurs à chercher eux-mêmes dans des encyclopédies pour tenter de comprendre l’intrigue. En même temps, c’était un roman sur le thème de la connaissance occulte, donc la démarche se défendait. Les Désastreuses Aventures prennent aussi place dans un monde gouverné par la littérature et le pouvoir de la connaissance, mais elles ont au moins l’avantage d’être compréhensibles sans un bagage culturel conséquent. C’est aussi pour cela que le paratexte est si libre, si enjoué – il invite littéralement le lecteur à sortir du livre, à prolonger le plaisir de l’histoire hors du simple cadre limitant du bouquin.

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Paradoxe
L'homme à barbe mais sans cheveux
avatar

Nombre de messages : 4292
Age : 23
Ennuyeux Endroits : Presqu'île.
Réputation : 940
Points : 14273
Date d'inscription : 29/06/2010

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 15 Oct 2012 - 23:17

Je peux peut-être retrouver cette interview. Je devais déjà/encore être abonnée à Je Bouquine, et c'est grâce à Je Bouquine que j'en suis venue aux Orphelins Baudelaire — ils en faisaient constamment la publicité, et de nombreux lecteurs vantaient la série. Je chercherai pendant les vacances de la Toussaint (si ça t'intéresse). Incertain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 15 Oct 2012 - 23:21

Paradoxe a écrit:
Je peux peut-être retrouver cette interview. Je devais déjà/encore être abonnée à Je Bouquine, et c'est grâce à Je Bouquine que j'en suis venue aux Orphelins Baudelaire — ils en faisaient constamment la publicité, et de nombreux lecteurs vantaient la série. Je chercherai pendant les vacances de la Toussaint (si ça t'intéresse). Incertain

Ah, merci ! J'adore J'avais essayé de la retrouver dans une bibliothèque municipale, mais pour accéder aux archives des périodiques, laisse tomber... N'importe quoi !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Compt Olaf
Kake à la banane
avatar

Nombre de messages : 19828
Age : 23
Ennuyeux Endroits : In Bruges
Réputation : 1941
Points : 22839
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mar 16 Oct 2012 - 15:26

Oh, Paradoxe ! C'est aussi Je Bouquine qui m'a poussé à lire les DAOB. On va dire que c'est Je Bouquine et Helquist. C'était la couverture du tome 5... Incertain

Puis, les Je Bouquine, ils étaient pas à moi; ma tante avait donné notre adresse, je sais pas trop pourquoi...Alors on les recevait, et je lisais les bandes dessinées dedans ou je sais pas quoi...Laughing


(Par contre, je ne l'ai plus. Il a été déchiqueté il y a longtemps, sans doute.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Paradoxe
L'homme à barbe mais sans cheveux
avatar

Nombre de messages : 4292
Age : 23
Ennuyeux Endroits : Presqu'île.
Réputation : 940
Points : 14273
Date d'inscription : 29/06/2010

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mar 16 Oct 2012 - 16:12

Oui, les dessins m'attiraient trop, et j'avais été génialement surprise quand je les ai retrouvés dans L'énigme Vermeer (si quelqu'un connaît... niveau énigmes, coïncidences et profondeur, c'est cooloss, et ancré dans le monde de l'art, aussi Incertain) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compt Olaf
Kake à la banane
avatar

Nombre de messages : 19828
Age : 23
Ennuyeux Endroits : In Bruges
Réputation : 1941
Points : 22839
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mar 16 Oct 2012 - 18:35

Ça aussi, je l'ai lu. Mais j'en garde aucun souvenir. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elrond Smith
Avatar
avatar

Nombre de messages : 41911
Age : 28
Ennuyeux Endroits : Spirit World.
Réputation : 6017
Points : 45388
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mar 16 Oct 2012 - 22:12

Prunille a écrit:
(Message inintéressant juste pour dire que si je réponds pas à ce topic, c'est pas par désintérêt, loin de là, mais j'ai pas la possibilité de relecture -hors bio-, là de suite, donc ça serait trop frustrant. lol !)

On sait bien que tu n'as jamais aimé ces livres ! Colère Yeux au ciel

Sinon ouaip, j'adore les pages noires du tome 6 ! Smile Ca m'avait bien assommé. Laughing
Par contre, le déjà-vu, c'est pas dans le tome 9 ?

_________________
Unless the Almighty Maker them ordain,
His dark materials to create more worlds.





Some friendships are so strong, they can even transcend lifetimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mar 16 Oct 2012 - 22:27

Elrond_Smith a écrit:
Prunille a écrit:
(Message inintéressant juste pour dire que si je réponds pas à ce topic, c'est pas par désintérêt, loin de là, mais j'ai pas la possibilité de relecture -hors bio-, là de suite, donc ça serait trop frustrant. lol !)

On sait bien que tu n'as jamais aimé ces livres ! Colère Yeux au ciel

Sinon ouaip, j'adore les pages noires du tome 6 ! Smile Ca m'avait bien assommé. Laughing
Par contre, le déjà-vu, c'est pas dans le tome 9 ?

Oui, effectivement, c'est une coquille ! Clin d'oeil

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Mer 17 Oct 2012 - 20:07

Et voilà, j'en ai fait la moitié ! J'adore

Passages Préférés des Désastreuses Aventures (07/13) : Diaspora

A voir sur mon blog : http://danielhandler.canalblog.com/archives/2012/10/17/25359850.html

Citation :
Il y a pas mal d’allégories spécifiquement judaïques dans la série, sur lesquelles on aura l’occasion de revenir, et une des plus flagrantes concerne le treizième anniversaire de Klaus, passé dans une cellule de Villeneuve-les-Corbeaux. La bar-mitsvah s’effectue généralement à cet âge-là ; elle marque l’entrée dans l’âge adulte. Il s’agit là de marquer l’accès de Klaus à une certaine maturité, d’en faire définitivement l’égal de sa sœur en termes de compétence – ce n’est pas par hasard que le tome suivant voit Klaus sauver Violette et démontrer toute l’étendue de ses capacités. Mais d’une manière plus général ce septième tome marque aussi le passage à la « mentalité » adulte pour les trois orphelins (pour la toute première fois, ils cessent de s’en remettre à la loi et à l’autorité, préférant la clandestinité) et à des thèmes plus « adultes » concernant la série toute entière : les affrontements Olaf/Baudelaire prennent désormais une place secondaire et s’effacent progressivement pour laisser place à l’intrigue VDC dans toute sa complexité. D’un point de vue biblique, ce n’est donc pas un hasard si cette acquisition de maturité se fait durant une période d’emprisonnement (par Dupin), d’asservissement (par la mairie de Villeneuve-du-Corbeau) et d’une « réelle traversée du désert » (celui où se trouve la ville) ! A la fin du tome, c’est véritablement à un « Exode » que l’on assiste. Handler s’est toujours défendu d’avoir fait une série juive pour enfants au sens où les Chroniques de Narnia pourraient l’être pour la chrétienté, mais force est de constater que de nombreux thèmes judaïques se glissent sans crier gare dans la saga. Pour enfoncer le clou, la décision que laisse leur ennemi aux enfants durant ce court intermède derrière les barreaux – choisir lequel d’entre eux survivra – est une référence assez directe au Choix de Sophie.

C’est un tome de non-retour – tant de choses se jouent dans les quelques instants où les Baudelaire prennent un certain nombre de décisions fatales dont ils ne mesurent pas forcément les conséquences. Je vois quelques chose de très approprié dans la façon dont ils s’extirpent de leur incarcération : au lieu de briser les briques, les Orphelins ont l’idée de faire fondre lentement, laborieusement, mais judicieusement le mortier qui les tient ensemble. De la même manière, les Désastreuses Aventures s’achèvent d’une manière subtile mais efficace : les Orphelins triomphent d’Olaf à l’usure. La conclusion de ce conflit ne pouvait pas être un affrontement direct : il leur fallait survivre, résister, affaiblir l’ennemi jusqu’à ce qu’il commette l’erreur de trop, une erreur qui ne les mettrait pas en danger. Il y a beaucoup à dire sur la méthode employée par les orphelins pour s’échapper – l’eau, inoffensive à première vue, est sur la durée une force impressionnante, capable d’éroder n’importe quelle montagne. De même, Olaf, surpuissant durant toute la série, néglige ses alliés et méprise la culture alors que ce sont la capacité des orphelins à se faire des amis et à prendre connaissance du monde qui leur permettent de survivre. Kit Snicket, dans le Tome XII, ne dit-elle pas (en reprenant Martin Luther King) que « le Bien temporairement vaincu est plus fort que le Mal triomphant ? »

En un sens ce n’est donc pas étonnant d’avoir affaire ici à l’un des tomes les plus religieux – durant cette évasion, les orphelins vont rencontrer pas moins de trois « dieux sortis de la machine » qui vont à chaque fois les rapprocher un peu plus du désert où commence leur grande traversée. L’indépendance d’esprit, la maturité et la détermination conduisent à la liberté – le problème étant que la liberté a toujours un prix. Les orphelins Baudelaire auront au moins la consolation de savoir que rester en prison était encore pire – mais on peut légitimement se demander si leur prison était si différente de leurs expériences dans les tomes précédents. Nombre de leurs tuteurs se sont conduits comme de véritables geôliers, et tous ont mis une certaine énergie à empirer leur situation. Violette, Klaus et Sunny comprennent enfin leur véritable potentiel : ils sont les seuls à même de gérer avec sagesse et efficacité leurs propres problèmes, en particulier leur inimitié avec Olaf. Ce qu’ils ne pouvaient pas prendre en compte dans ce plan audacieux, c’étaient les conséquences de la perte de l’innocence… Mais la conclusion de la série reste claire : si c’était à refaire, les orphelins Baudelaire le referaient. Là réside vraiment l’acceptation du malheur – s’il faut être malheureux, mieux vaut encore que cela soit de sa propre main.

[L'image de cet article est la propriété intellectuelle de Thibaut Loïez - allez voir ses différents sites pour profiter des magnifiques fan-arts qu'il a effectués du monde de Lemony Snicket !]

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Jeu 18 Oct 2012 - 19:56

Alors là, mes aïeux, alors-là, excusez-moi du peu... Là, je viens de pondre mon chef-d'oeuvre. Je ferai pas mieux. J'adore lol !

Exclusif : pourquoi Béatrice n'est PAS morte !!! MDR

A voir sur mon blog : http://danielhandler.canalblog.com/archives/2012/10/18/25367270.html

Citation :
Ce n'est pas une nouveauté que Klaus, dans sa hâte de secourir sa sœur, rate pas mal d'autres anagrammes dans la liste des patients. Sont aussi cachés les noms suivants : Alison Donalty (responsable de la maquette des éditions américaines chez Harpercollins), Rupert Murdoch (patron d'Harpercollins), Lisa Brown (femme de Daniel Handler), Lemony Snicket, Brett Helquist et Daniel Handler. A cela s'ajoutent deux autres anagrammes : « Red Herring » (leurre, à la fois le poisson et le piège, comme dans le Tome VI) et « Béatrice Baudelaire. » J'ai repensé à cela lors de mes relectures de l'Autobiographie, où l'on a l'occasion de constater que ce n'est pas juste Lemony Snicket qui enquête sur les Orphelins Baudelaire, mais Daniel Handler, Brett Helquist et Meredith Heuer (photographe de la série) également, comme s'ils étaient des personnages fictifs appartenant à cet univers. A partir de là on est légitimement en droit de se demander si ces noms présents dans la liste d'anagrammes sont vraiment des clins d'yeux ; et si ces personnes étaient vraiment censées être présentes dans l'hôpital, sous des faux noms en anagrammes. Ca n'a rien d'incohérent ; il y a des tas de raisons pour lesquelles Lemony et ses alliés pourraient présents dans l'Hôpital Heimlich à ce stade de l'intrigue – après tout, c'est dans cet hôpital qu'est entreposé le dossier Snicket, et l'Autobiographie confirme que Babs avait des liens avec VDC. Le simple fait que le dossier Snicket ait déjà été retiré à l'arrivée des orphelins prouve bien que l'endroit fait l'objet d'une surveillance étroite de la part de VDC et que celle-ci ne vient pas d'Olaf ou de ses alliés... Lemony rodait-il à quelques mètres des orphelins, sans que ni l'un ni les autres n'en aient conscience ? Pourquoi pas ? Le Tome XII sous-entend lourdement qu'il serait l'homme à la cigarette, ce ne serait donc pas la première fois que ce genre de choses arrive...

Mais alors, si tout ce qui est inscrit sur la liste des patients est vrai, que viendrait faire ici Béatrice Baudelaire, leur mère, paradant sous un faux nom ? Eh bien, si j'ose m'avancer... Est-on vraiment certain de sa mort ? Rassurez-vous, je ne suis pas un théoricien du complot – Lemony insiste assez lourdement sur le fait qu'elle soit morte, donc elle morte, et tragiquement, soit. La question demeure de savoir « où » et « quand. » En effet, contrairement à ce que l'on pourrait croire, on n'a aucune confirmation directe dans la série du fait que Béatrice est morte dans l'incendie de la demeure Baudelaire. Le triptyque intitulé « le Destin de Béatrice » inclut un feu, mais également une machine à écrire et un portrait de belle femme – des éléments assez vagues, en somme, qui n'ont pas prétention particulière à être présentés de manière chronologique ou illustrative. Un feu a joué un rôle dans sa fin tragique, mais ça ne veut pas forcément dire qu'elle est morte dans un incendie – selon ce genre de logique, on pourrait tout aussi bien dire qu'elle est morte assommée par une machine à écrire ou éborgnée par un portrait de belle femme. Acceptons deux minutes de suspendre notre incrédulité, voulez-vous ?

Rappelons-nous d'abord qu'il y a toujours eu de gros doutes sur la possibilité que quelqu'un ait survécu à l'incendie de la demeure Baudelaire. Cette éventualité est renforcée dans l'Autobiograpie qui révèle que Gustav Sebald comptait organiser une rencontre entre Monty, les enfants, et un survivant de l'incendie, caché dans un bonhomme de neige. L'identité de ce survivant – auquel, bizarrement on s'intéresse de moins en moins à mesure qu'avance la série – se partage entre quatre suspects : Jacques, Lemony, Bertrand et Béatrice. Jacques Snicket est un assez mauvais candidat : dans la première partie de la série, il semble très occupé à d'autres choses, notamment dans le radar de Quigley. Chronologiquement, ça colle mal. Qui plus est il comptait révéler quelque chose aux Baudelaire sur leurs parents dans le Tome VII – probablement qu'ils étaient peut-être en vie, à juger des tomes suivants. Jacques avait accès au dossier Snicket et c'est d'ailleurs sûrement lui qui est l'auteur de la page XIII – donc il n'est pas le survivant en lui-même. Lemony pourrait être un candidat plus intéressant – mais le fait est que c'est lui qui s'enquiert auprès de Sally Sebald de l'identité de la personne cachée dans le bonhomme de neige. Si Lemony était ce bonhomme de neige, pourquoi Lemony demanderait-il à Sally des informations qu'il connaît déjà ? Bertrand, quant à lui, est confirmé mort dans le Tome X. Ce qui nous laisse... Béatrice.

On sait que la seule raison pour laquelle Esmé a voulu épouser Jérôme est d'obtenir le contrôle du 667 Boulevard Noir, plus particulièrement du passage secret qui le lie à la demeure Baudelaire. Ce mariage a eu lieu après l'incendie – pourquoi Esmé tient-elle à s'en emparer sinon parce qu'elle craint l'existence d'un survivant et doit s'assurer que personne n'a utilisé le passage ces derniers temps pour échapper à l'incendie ? Béatrice est la personne qu'Esmé haït la plus au monde – je pense que la seule idée qu'elle puisse être en vie a pu motiver cette stratégie drastique.

Si Béatrice est effectivement parvenue à s'échapper de l'incendie via le passage secret, qu'en est-il advenu par la suite ? Visiblement, certains de ses alliés ont du la mettre en contact avec Gustav Sebald et organiser un plan (raté) pour la réunir avec ses enfants sur le Prospero. Il est possible que plusieurs autres tentatives de contacts aient été organisées, mais que la proximité d'Olaf, la nécessité de garder le secret quant à la survie de Béatrice et l'impossibilité pour les Baudelaire de comprendre les codes VDC à l'époque aient rendu la chose difficile. A partir du Tome VII les orphelins deviennent très difficiles à traquer, ce qui explique l'absence de contact.

Que faisait donc Béatrice à l'Hôpital Heimlich ? Peut-être y était-elle impliquée dans une mission VDC avec Lemony concernant le dossier, mais une hypothèse plus simple voudrait qu'elle y ait été tout bêtement hospitalisée pour ses brûlures. A partir de là on peut imaginer que la véritable mort de Béatrice est entourée de mystère – quelque chose que Lemony lui-même préfère ne pas révéler au lecteur, par honte ou par intimité. A moins que Béatrice n'ait péri dans l'incendie de l'Hôpital Heimlich... Que ses enfants ont eux-mêmes contribué à provoquer. Une hypothèse tellement horrible que, connaissant Handler, elle a quelque chose de crédible. Par ailleurs le Tome VIII implique que Béatrice est morte « un terrible après-midi » - pour information, l'incendie de la demeure Baudelaire s'est déroulé un matin, l'incendie de l'Hôpital Heimlich, un après-midi.

Le fait que la série laisse délibérément vague non seulement ses mystères mais aussi un certain nombre de points qui devraient pourtant être assez certains ; c'est la seule chose qui fait que ce genre de théories capillo6tractées tient la route. Ca ne les empêche pas d'être très amusantes à élaborer – et quand on voit ce que Handler essaye délibérément de suggérer concernant d'autres aspects de l'intrigue, notamment sur JS et l'homme à la cigarette, cette élucubration n'est pas si ridicule. En somme Snicket ne laisse jamais la vérité gâcher une bonne histoire – y compris l'histoire reconstituée par le lecteur. Oui, je suis en train d'affirmer que Daniel Handler VEUT que j'écrive ce genre de théorie conspirationniste sur Béatrice ! Et lui imputer ce genre de dessein sadique, vous en conviendrez, c'est réellement crédible, en revanche.

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Fazz
Vendeur de bananes
avatar

Nombre de messages : 6809
Réputation : 494
Points : 16817
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Jeu 18 Oct 2012 - 20:21

Si c'est vrai (pas l'incendie de l’hôpital, juste une femme qui recherche ses enfants désespérément) c'est encore plus triste. triste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compt Olaf
Kake à la banane
avatar

Nombre de messages : 19828
Age : 23
Ennuyeux Endroits : In Bruges
Réputation : 1941
Points : 22839
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Jeu 18 Oct 2012 - 21:03

...


Je veux qu'Handler ait pensé à ça. Shocked


Le coup de l'après-midi, c'est très crédible. Souvenez-vous qu'il a dit une fois qu'une phrase du tome 1 qu'il avait écrite, disant que les orphelins avaient fouillé je ne sais quoi, l'avait gêné dans la suite de l'écriture. Il a vérifié le moment de la journée de l'incendie, non ? Incertain Mais est-ce qu'il aurait gardé cette "sous-intrigue" aussi secrète ? Il pouvait vraiment pas prévoir l'existence d'LPG et d'Orwell. Incertain

Bravo, en tout cas; parce que, même si ça n'a pas été pensé, ça existe. Et c'est vraiment tragique. Incertain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Fazz
Vendeur de bananes
avatar

Nombre de messages : 6809
Réputation : 494
Points : 16817
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Jeu 18 Oct 2012 - 21:18

Oui en tout cas c'est un beau travail de recherche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrond Smith
Avatar
avatar

Nombre de messages : 41911
Age : 28
Ennuyeux Endroits : Spirit World.
Réputation : 6017
Points : 45388
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 22 Oct 2012 - 21:21

Nous n'aurons pas eu la fin du compte à rebours. N'importe quoi ! Crye !

_________________
Unless the Almighty Maker them ordain,
His dark materials to create more worlds.





Some friendships are so strong, they can even transcend lifetimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 22 Oct 2012 - 21:27

Ouais... Mon CAPES se profile à l'horizon, j'ai un peu eu un wake-up call, quoi. lol ! Mais si ça peut vous consoler, ce compte à rebours n'est qu'interrompu ! Rien ne m'empêche de le continuer APRÈS la sortie du livre, pour la forme. Clin d'oeil

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Lena Stein
Juge Abbot
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 24
Réputation : -3
Points : 5720
Date d'inscription : 06/09/2012

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Lun 22 Oct 2012 - 21:33

Capes de quoi déjà ? Pourquoi je ne t'ai pas eu en prof Orwell ? Cette théorie colle parfaitement à la série, et même si cela n'a pas été pensé par Lemony Snicket, c'est du génie. Cela dit peut-être la réponse se trouve-t-elle dans le fameux ATWQ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte
avatar

Nombre de messages : 12360
Age : 27
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1273
Points : 681090
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Compte à Rebours !   Jeu 3 Jan 2013 - 23:41

Le compte à rebours est fini de longue date, mais la rétrospective continue ! Attendu de longue date, voici mon passage préféré du Tome IX. Je vous invite à lire celui-ci plus encore que tous les autres, j'y parle principalement de vous ! J'adore

A voir sur mon blog : http://danielhandler.canalblog.com/archives/2013/01/03/26061742.html

Citation :
Il y a deux types de communautés de fans : les "champignons" et les "arbres." Les champignons concernent généralement un sujet très populaire, et surtout populaire de manière très rapide au point où la majeure partie de la communauté s'installe sur la Toile plus ou moins en même temps. Divers sites essèment sur le modèle de spores ; leur nombre est proportionnel à l'engouement progressif du public. Les arbres, eux, s'articulent autour d'un sujet moyennement populaire et dont le rassemblement des fans prend un certain temps, parfois jusqu'à plusieurs années ; ces communautés partent toujours principalement d'un seul grand site car les fans sont trop peu nombreux pour se permettre de s'éparpiller. Les nouveaux sites peuvent donc être considérés comme les nouvelles "branches" du site originel et leur mortalité est supérieure à celle du tronc. Plus encore, du fait de cette dynamique sociale très identifiable, les fans tendent à entretenir les uns avec les autres des rapports d'appartenance beaucoup plus intenses et extrêmement personnels - pour le meilleur comme pour le pire.

La communauté de fans des Désastreuses Aventures, à tout le moins, appartient résolumment à cette seconde catégorie. De l'autre côté de la Manche et de l'Atlantique, la fondation du fandom correspond précisément à la sortie en librairie de l'Autobiographie non-Autorisée, publiée entre celles des Tomes VIII et IX respectivement (Tomes XI et XII pour nous). Snicket venait de donner à son univers un domaine d'extension insoupçonnable, qui nourrissait les interrogations plus folles. Le fait qu'il s'agisse d'un hors-série non prévu était caractéristique de l'impression qui ressort des tomes de l'époque : une série qui bascule d'un genre à un autre, qui casse ses propres codes, qui annonce quelque chose de plus grand et plus terrible que tout ce que l'on aVait pu imaginer. A partir de là ont germé deux-trois sites consacrés aux théories d'amateurs et spécialistes de la série (la Michael Cuellar FAQ, The Lemony Site, etc) et plusieurs forums de discussion anglophones ont suivi (principalement le feu The Quiet World et le 667 Dark Avenue, qui a néanmoins changé d'adresse depuis l'agonie de Geocities). On dira ce que l'on voudra quant à la pertinence réelle de la mythologie VDC, mais c'est bien elle qui a transformé cette série de livres en phénomène international.

Pour ce qui est des sites francophones, le phénomène est exactement le même : c'est véritablement l'obsession des théories et des conspirations sur l'intrigue VDC qui a soudé les fans. Pour autant, l'Autobiographie n'étant sortie que beaucoup plus tard, la fondation de cette partie du fandom a logiquement une autre origine. A la réflexion, elle ne pouvait nécessairement avoir que celle-là.

Nous parlons bien entendu ici de la conclusion impromptue et terrifiante du neuvième tome de la série, qu'on cite généralement comme le meilleur rebondissement tous tomes confondus. Les lecteurs français, pris d'un suspense insoutenable quant au sort des trois orphelins et déjà fort tracassés par les nombreux mystères disséminés dans les neuf tomes précédents, furent soumis à une attente proprement insupportable. Les tomes s'épaississant, les délais de traduction s'étaient allongés et Nathan envisageait désormais des parutions annuelles, calquées sur le modèle américain afin de fidéliser son public. Attendre la parution française du Tome X se révélaparticulièrement dur pour les fans, ce fut d'ailleurs le premier tome français à comporter un court extrait du tome suivant en guise d'amuse-gueule. Pour lutter contre cette crise de manque, deux solutions s'offraient : se jeter sur les versions anglaises déjà parues ou bien se regrouper entre drogués pour échanger. En définitive, les deux méthodes furent régulièrement combinées... A l'époque, la possession d'un chapitre du Toem X traduit illégalement donnait lieu à de véritables foires d'empoigne. Il y a véritablement eu une explosion de sociabilité sur ce court laps de temps ; d'un seul coup, les lecteurs français sortaient de l'ombre. Rétrospectivement, le fandom s'est organisé (et déchiré !) avec une rapidité et une richesse impressionnantes en si peu de temps. Comparativement, l'attente du dernier tome a été beaucoup plus calme, alors qu'il était bien plus médiatique !

[Afin d'être objectif il faut évidemment mentionner de plus la sortie de l'adaptatation cinématographique fin 2004, qui explique cet engouement soudain. Néanmoins on peut plutôt parler ici d'un cataliste, d'un prétexte ; les discussions de l'époque partaient souvent du film, il est vrai, mais en définitive ce n'était qu'un point très mineur dans de longues conversations bel et bien centrées sur les livres. Pour être même plus juste, c'était la façon dont le film tentait de complèter/commenter habilement la mythologie des livres qui faisait son intérêt principal... Pas son contenu ou même sa qualité en temps qu'adaptation. En règle générale la sortie d'une adaptation cinématographique change rarement les choses pour un fandom en terme de démographie : s'il est conséquent et en expansion, elle ne fait que le grossir légèrement, s'il est relativement réduit, il tend à le rester.]

J'essaye de me remémorrer l'ambiance de l'époque, durant cette courte période d'expectitude, avant ma lecture du tome X en anglais mais après ma découverte sur la Toile de la présence de fans français. Avions-nous réellement et sincèrement peur pour la vie de Klaus et Violette ? Il était évidemment difficile d'ignorer la présence des tomes X et XI en anglais, dont les seules couvertures suffisaient à répondre à nos interrogations. Néanmoins, le choc psychologique était réel. Les Orphelins Baudelaire allaient survivre, nous en étions au fond de nous certains dès la seconde où nous avions refermé le Tome IX, mais c'était uniquement, nous le savions, pour qu'ils souffrent encore plus longtemps. Avec cette conclusion explosive, nous étions désormais convaincus (avec raison) que les Désastreuses Aventures n'étaient pas un récit d'aventures à proprement parler, c'était en vérité la chronique d'une lente agonie ; restait à déterminer l'agonie de quoi. Et, une fois rendus a fatidique Tome XIII, rien n'irait plus, tout deviendrait possible en terme d'horreur.

Avant la sortie des Reliques de la Mort, les fans de Harry Potter raisonnaient que Harry n'y mourrait pas pour la bonne raison que la série ne virerait jamais aussi sombre et déprimante. Avant la sortie de La Fin, les fans des Désastreuses Aventures raisonnaient que les Orphelins Baudelaire ne mourraient pas parce que Daniel Handler nous concoctait sûrement quelque chose de plus créatif.

Ce qui est fascinant dans l'ambiance des Désastreuses Aventures c'est que Daniel Handler parvient à introduire un sentiment de totale imprévisibilité au sein d'une série qui est pourtant caractérisée par la répétition des schémas narratifs, une impression d'innocence violée dans un monde pseudo-enfantin où les risques sont pourtant clairement limités (pas de flingues, pas de sexe, pas de gros mots, etc), une angoisse indéterminée où l'on est jamais sûr des nouvelles formes que prendra l'horreur alors même qu'il gâche sans vergogne l'effet de surprise de ses dénouements en les dévoilant au début des tomes. On peut difficilement expliquer un tel tour de force sans crier au génie.

A l'époque le service de promotion anglophone avait joué sur cette ambivalence en alimentant les craintes des fans envers Klaus et Violette ; en anticipation du Tome X étaient distribuées des lettres codées formant le message "two will disappear and never be seen again." "Deux personnes disparaîtront pour ne jamais être revues." Les fans de l'époque, eux, s'entre-déchiraient réellement pour déterminer l'identité de ces deux personnes : Klaus et Violette, Duncan et Isadora, ou les Femmes Poudrées ? Les attachés au marketing durent faire preuve de plus de créativité pour la sortie des trois tomes suivants ; leurs fins plaçaient certes les orphelins dans des retournements de situation intéressants, mais rien qui justifiât à soi seul la promotion du tome suivant. Les dernières lignes du Tome IX, ce furent nos "Noces Pourpres," comme diraient les amateurs du Trône de Fer (que nous saluons au passage). Toute série d'exception a ses "Noces Pourpres."

Handler se montre souvent étonné de l'engouement que suscite tel ou tel passage ou aspect des Désastreuses Aventures, mais j'ose croire qu'il savait ce qu'il faisait à ce moment précis. Sinon, pourquoi avoir jeté Violette et Klaus du haut d'une falaise ? Le concept de fin d'épisode à rebondissement se dit "cliff-hanger" en anglais, littéralement "ce qui se raccroche au bord d'une falaise" ; l'origine du terme est mal connue, mais on imagine facilement qu'il s'agit d'un hommage aux séries d'action projetées dans les cinémas muets, où le protagoniste se retrouve dans le pétrin à chaque fin d'épisode (par exemple, agrippé au bord d'une falaise abrupte) pour ne s'en sortir qu'au suivant. Connaissant la nature méta-fictive des Désastreuses Aventures et leur tendance à illustrer des concepts littéraires et culturels de manière littérale (penser à l'expression "la justice est aveugle" dans le tome XII), je doute qu'il s'agisse d'un hasard : le meilleur cliff-hanger de la série est réellement un balancement dans le vide du haut des falaises à pic des Monts Mainmorte !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
 
Compte à Rebours !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ELECTION DU GOUVERNEUR DE L' EQUATEUR: LE COMPTE A REBOURS
» compte a rebours la calendrier de l'avent
» [SOFT] STOPWATCH : Chronomètre et compte à rebours [Gratuit]
» Compte à rebours FB - Nokia
» Compte à rebours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire :: Le Snicketverse et la Communauté LPG :: Les Livres-
Sauter vers: