Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Premier forum francophone consacré à Lemony Snicket & Daniel Handler
 
AccueilGroupesFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionGalerie
Derniers sujets
Sujets similaires
Sondage
Avez-vous un calepin ?
Oui !
70%
 70% [ 14 ]
Non, et je ne compte pas en avoir un
25%
 25% [ 5 ]
Non, et je compte en avoir un bientôt
5%
 5% [ 1 ]
Total des votes : 20
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Elrond Smith
 
Baron Omar
 
Compt Olaf
 
robinDHER
 
Docteur Orwell.
 
Tano Tatano
 
Pinine
 
Prunille
 
Marv
 
Badducks
 
Statistiques
Nous avons 475 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est KurtSnicket

Nos membres ont posté un total de 228218 messages dans 1997 sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

 TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 9:49

TOME 12
LE PENULTIEME PERIL !


CHAPITRE 1...

Souvent, bien des personnes vous affirment que la vie est un étang calme et voluptueux, et que chacune de nos plus insignifiantes actions pourrait être assimilée à une pierre qu'on y jeterait, créant une grande secousse, un remous, puis des ondes diffuses et espacées, s'espaçant de plus en plus, tout doucement, s'affaiblissant un peu à chaque fois, mais se propageant de plus en plus loin, sur un espace de plus en plus étendu, et que, lorsque la plus minuscule des ondes provoquée par la chute de cette pierre se sera effacée, le monde entier aura été changé, à des degrés divers, par les conséquences de cette action. Si cette théorie s'avère véridique, laissez moi vous affirmer une chose : ce livre est la meilleure chose à jeter dans un étang. Des ondes diffuses se formeront, et se propageront à tout l'étang, et le monde n'en sera que meilleur après toutes les modifications imposées par ce bouleversement, car ainsi l'humanité ne saura jamais les évènements que relatent ce livre, et son incroyable secret restera en sécurité, à jamais dans les profondeurs de l'étang, où personne ne pensera à regarder. La misérable histoire des orphelins Baudelaires sera ainsi saine et sauve dans la fange poisseuse du fond de ce plan d'eau, et vous ne serez que plus heureux de ne pas lire la sinistre histoire que j'ai écrite, mais au contraire de contempler l'écume ombrageuse qui se propage toujours plus loin, jusqu'au bout de ce monde.

Les Baudelaires eux-mêmes, alors qu'ils étaient maintenant à bord du taxi d'une femme qu'il ne connaissait même pas, auraient été très heureux de sauter, à la place, à pieds joints dans la profondeur d'un étang, quand on sait quelle horrible histoire les avait conduits là, alors que l'automobile commançait son trajet le long des rues crasseuses et grouillantes de la capitale où les orphelins avaient autrefois vécu. Violette, Klaus et Sunny se penchaient pour regarder à travers ses fenêtres teintées, émerveillés de voir comme cette cité n'avait pas changé dupuis l'horrible incendie qui avait réduit en cendres leur foyer, tué leurs parents, et avait crée des ondes nocives et destructrices dans l'étang de la vie des Baudelaires, qui, j'en ai peur, ne s'effaceraient peut-être jamais. Alors que le taxi tournait à l'angle d'une rue, Violette aperçut le marché où ils avaient un jour acheté divers ingrédients en vue de préparer le dîner du comte Olaf, le terrible scélérat qui était devenu leur premier tuteur après l'incendie. Même après tous ces évènements qui avaient suivi cette journée, et toutes les sinistres manipulations d'Olaf pour s'emparer de l'énorme fortune que leurs parents leur avaient laissée, le marché semblait véritablement identique à celui du jour où la juge Strauss, une acceuillante voisine et un magistrat important à la haute cour, les y avait emmenés. Et au dessus de ce marché, Klaus, lui, reconnut l'énorme et scintillant immeuble du 667 Boulevard Noir, où les Baudelaires avaient passé un certain temps sous la tutelle de Jérôme et Esmé Squalor dans leur immense appartement panoramique de grand standing. Il semblait, aux yeux du cadet Baudelaire, que ce bâtiment n'avait en rien changé depuis le jour où les enfants avait découvert les sentiments très prononcés d'Esmé pour le crime, mais aussi pour le comte Olaf. Et Sunny Baudelaire, qui était encore si petite que sa vue à travers les fenêtres du taxi restait encore très limitée, sentit la secousse d'un nid de poule sous le véhicule, et se souvint du passage secret souterrain qu'ils avaient découvert et empruntés, et qui connectait ce même appartement avec les débris cendreux de la maison de leur enfance. Et, tout comme le marché et l'appartement, le mystère qui entourait ce passage secret n'avait en rien changé, bien que les Baudelaires aient découvert l'existence d'une société secrète nommée VDC qu'ils soupçonnaient d'avoir bâti de nombreux souterrains de ce genre. Chaque mystère que les Baudelaires avaient élucidé n'avait fait qu'en amener un autre, et un autre, et encore un autre, et des dizaines d'autres, parmis des centaines à peine éffleurés, comme si les trois enfants avaient plongé, et plongé, et plongé, de plus en plus profondément, au fond d'un gouffre que j'ai déjà mentionné, où plutôt d'un étang, et comme si cette ville reposait toujours aussi sereine à sa surface, indifférente et ignorante des désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Même à ce moment là, alors qu'ils retournaient dans la ville de leur enfance, les Baudelaires n'avaient élucidé que très peu des mystères qui les aveuglaient. Par exemple, ils n'avaient strictement aucune idée de l'endroit allaient, et encore moins de l'identité de la femme qui conduisait cette automobile, exepté son nom.

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008


Dernière édition par le Mar 25 Oct - 15:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Lemony
Professeur Gengis


Nombre de messages : 2320
Age : 26
Ennuyeux Endroits : Lyon
Réputation : 13
Points : 12991
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 14:47

Merci , mais c'est un peu court pour un premier chapitre , c'est juste un extrait , non?


Dernière édition par le Mar 18 Oct - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 15:05

Il est quand même sorti il n'y a pas longtemps, il se peut qu'il soit déjà fini par Orwell, c'est assez sympa de sa part de nous le traduire, on va pas lui demander de travailler pour nous quand même... Au fait vous pensez pas qu'on devrait tout de suite créer un forum sur les réactions, pour éviter qu'il y ait trop de messages entre les versions d'Orwell?
Revenir en haut Aller en bas
Lemony
Professeur Gengis


Nombre de messages : 2320
Age : 26
Ennuyeux Endroits : Lyon
Réputation : 13
Points : 12991
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 15:07

Fernald a écrit:
Il est quand même sorti il n'y a pas longtemps, il se peut qu'il soit déjà fini par Orwell, c'est assez sympa de sa part de nous le traduire, on va pas lui demander de travailler pour nous quand même... Au fait vous pensez pas qu'on devrait tout de suite créer un forum sur les réactions, pour éviter qu'il y ait trop de messages entre les versions d'Orwell?

Si t'as raison je vais faire ça.
Mais au passage , je me suis permis de dire que cela me semblait court , car sur le site officiel aussi c'était court , puis j'ai comparer les dernières phrases et c'était les mêmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hawenn
Homme aux crochets


Nombre de messages : 1143
Ennuyeux Endroits : Valencia, en Espagne
Réputation : 15
Points : 12885
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 15:21

Merci !!!!!

^$^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 18 Oct - 18:47

Cool! Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 8:03

"Je suppose que vous avez des milliers de questions à poser, Baudelaires," fit Kit Snicket, enclanchant le frein à main de sa main gantée de soie blanche. Violette, qui bénéficiait de facilités technologiques - mot qui signifiait ici "de très grandes aptitudes en matière de mécanique" - admira la souplesse de l'engin alors que le taxi fit un détour et franchit un grand portail en fer forgé pour pénétrer dans une rue étroite et croisseuse, pleine de peupliers alignés. "J'aurai aimé avoir un peu plus de temps pour vous parler, mais nous sommes déjà Mardi. Vous avez à peine le temps de prendre votre brunch avant d'enfiiler vos déguisements de concierges et de commencer vos premières filatures en tant qu'éclaireurs.
"Concierge ?", fit Violette .
"Brunch ?", fit Klaus.
"Eclaireurs ?", fit Sunny.
Kit leur adressa un petit sourire alors qu'elle empruntait un virage très serré à une vitesse plus importante, et que deux recueils de poésie tombaient de la jaquette avant pour atterir sur la moquette du véhicule - Le morse et le charpentier et autres poèmes, de Lewis Caroll, et La lande ravagée, de T.S.Eliot. Les Baudelaires avaient très récemment reçus un message codé, et avait utilisé les mêmes livres pour percer son secret et rencontrer Kit Snicket sur la plage de Malamer, et il leur semblait que celle-ci s'exprimait avec le même language obscur et métaphoriques que l'énigme qui les avait conduits jusqu'à elle. "Un grand homme a un jour déclaré, que, même temporairement vaincu, le bien est toujours beaucoup plus fort que le mal et ses triomphes. Comprenez-vous ce que celà signifie ?"
Violette et Sunny se tournèrent vers leur frère, l'expert en littérature de leur famille. Klaus Baudelaire avait en effet lu tant et tant de livres qu'il était presque devenu une bibliothèque ambulante, et s'était mis récemment à consigner d'importantes informations dans un grand calepin bleu foncé qu'il désignait comme son "commonplace book".
"Oui, je crois.", répondit le cadet Baudelaire. "L'auteur doit penser que les gens profondément bons sont bien plus influents que les scélérats, même quand ceux-ci ont l'air de gagner la partie... Serait-ce un membre de VDC ?
_ On peux dire ça de cette manière, oui..., fit Kit. Et cette tirade s'applique tout particulièrement à notre situation. Comme vous le savez, notre organisation a du faire face à un énorme problème il y a bien longtemps, et a subi des pertes des deux côtés.
_ Le schisme, fit Violette.
_ Oui, asquiesca Kit d'un air morose. Le schisme, donc. VFD comportait auparavant de très nombreux bénévoles, qui tentait d'éteindre des incendies - à la fois littéralement et métaphoriquement. Mais il y a désormais deux groupes fratricides. Une partie d'entre nous essaye toujours d'éteindre des incendies, et l'autre partie a décidé de se tourner vers d'autres choses beaucoup moins nobles.
_ Olaf," fit Prunille.
Le language de la benjamine Baudelaire était encore à l'état larvaire, mais tout le monde comprit ce qu'elle voulait dire lorsqu'elle prononça le nom du scélérat .
"Le comte Olaf est en effet un de nos ennemis.", confirma Kit, alors qu'elle examinait ses rétroviseurs. "Mais il y en a bien d'autres, aussi redoutables et vicieux, voire même encore plus. Si je ne me trompe pas, vous avez sûrement rencontré deux d'entre eux dans les monts Mainmorte : une femme à cheveux mais sans barbe et un homme à barbe mais sans cheveux. Il y en a des tas d'autres, avec bien d'autres types de coiffures et ornements faciaux. Il y a bien longtemps, on pouvait identifier les membres de VDC grâce au tatouages
qu'ils portaient à la cheville, bien sûr. Mais désormais il y a tant de personnalités démoniaques dans ce bas monde qu'il est devenu impossible de garder la trace de chacun de nos ennemis - au contraire, ce sont eux qui gardent nos traces et nous poursuivent. En fait, peut-être même avons-nous des ennemis derrière nous en ce moment même."
Les Baudelaires se retournèrent d'un seul mouvement pour observer la route par la vitre arrière, et virent un autre taxi qui les suivait à une certaine distance. Tout comme l'automobile de Kit Snicket, ses vitres étaient teintées, et de ce fait les enfants ne pouvaient absolument rien voir de son intérieur.
"Pourquoi pensez-vous que des ennemis se trouvent dans ce taxi ?", demanda Violette.
"Un taxi prend n'importe qui pourvu qu'il veuille aller quelque part, répondit Kit. "Il y a un nombre incommensurable de criminels dans ce monde, donc tôt ou tard un taxi prendra l'un deux à son bord.
_ Ca pourrait tout aussi bien être quelqu'un de merveilleux, rétorqua Klaus. La preuve, c'est que nos parents ont pris un taxi de ce genre le jour où ils voulaient aller à l'opéra le soir et que leur voiture était en panne.
_ Je me souviens très bien de cette soirée, fit Kit d'un petit sourire. C'était une représentation de "La forza del Destino". Votre mère portait un boa rouge, avec de longues plumes tout du long. Durant l'entracte, je les ai suivis jusqu'au bar du théâtre et je leur ai confiés une boîte de fléchettes empoisonnées avant qu'Esmé Squalor ne me rattrape. Ce fut difficile, mais un de mes camarades aime souvent à déclarer : "N'être épargné par aucune difficulté, garder l'espoir quand tous les autres l'ont perdu, s'enfoncer dans les mystères sans l'ombre d'un indice, d'effacer toute ambition même quand approche le triomphe, qui peut oser affirmer que ce n'est pas ça, la vraie grandeur ?" Oh, en parlant de grandeur, accrochez vous. Je ne permettrai pas à l'un de nos ennemis de nous poursuivre alors que nous nous rendons à un brunch aussi important !"

Lorsqu'une personne affirme que sa tête est toute tourneboulée, ils utilisent en fait une expression qui signifie qu'ils sont très confus et désorientés. Les Baudelaires avaient bien sûr eu de très nombreuses occasions d'utiliser cette expression dans ce sens là, après avoir, par exemple, entendu quelqu'un hurler à la mort un terrifiant secret à propos d'une société secrète, ou en relevant différentes citations historiques au sujet du mal et du bien alors qu'un taxi les menait vers un endroit totalement inconnu. Mais parfois, l'expression "Ma tête est toute tourneboulée" veut la tête d'une personne est effectivement en train de tournebouler, et dès que Kit Snicket eut fini de prononcer le mot "important", ce fut le cas. Le volant maintenu fermement dans ses mains gantées, Kit Snicket prit un virage si rapidement qu'il dérapa sur l'asphalte. Les têtes des enfants -ainsi que le reste de leurs corps- tourneboula alors que le taxi s'engouffrait dans une énorme masse de haie qui longeait la rue qu'ils traversaient. Le taxi continua à avancer lorsqu'il s'enfonca dans la masse verte et sombre, et durant quelques secondes les enfants ne virent plus qu'une énorme masse obscure recouvrir les fenêtres du véhicule, et n'entendirent plus que l'horrible son des branches qui raclaîent sa surface et se brisaient à son contact, et ne sentirent plus que l'immense soulagement de savoir qu'ils avaient attaché leurs ceintures, et soudain leurs têtes cessèrent de tournebouler, et ils se retrouvèrent très secoués, mais sains et saufs, de l'autre côté de la haie, où le taxi s'était arrêté.
"Je n'aurais pas du faire ça," fit Kit. "Je veux dire, dans ma condition."
_ Condition ?" demanda Sunny.
Kit leva la tête, et pour la toute première fois, les Baudelaires la virent entièrement de face. Elle jouissait d'un visage très agréable, mais le chagrin, l'angoisse et le désespoir l'avaient creusé en de profondes lignes sombres, et il était évident qu'elle n'avait pas dormi convenablement depuis un bon moment. Ses cheveux étaient longs et décoiffés, et deux crayons à papiers y étaient fixées, formant des angles étranges dans sa chevelure. Elle portait un long manteau noir très élégant, entièrement boutonné et qui lui montait jusqu'à l'extrémité du cou, mais, lové dans une poche sur sa poitrine était accrochée une fleur qui devait avoir connu des jours meilleurs, expression sognifiant ici "complètement déssèchée et dépourvue maintenant de la plupart de ses pétales". Si les Baudelaires avaient du deviner la "condition" de Kit Snicket, ils auraient répondu que cette femme était fatiguée d'un travail harassant, et ils se demandèrent alors si leur harassement s'était jamais vu aussi clairement à travers leurs expressions et leurs vêtements. "Je suis crevée.", déclara Kit Snicket. "Crevée, déprimée et nerveuse." Elle ouvrit la porte du taxi et grinca des dents une fois de plus. "La voilà, ma condition. Je suis crevée, déprimée, nerveuse, et pour couronner le tout, enceinte."
Elle se dégagea de son siège et sortit de la voiture, et les Baudelaires virent qu'elle disait la vérité. Sous son manteau, son ventre formait une courbe tout à fait significative, comme toutes les femmes qui attendent un enfant. Lorsque vous vous retrouvez dans cette condition, il est conseillé d'éviter l'agitation, mot signifiant ici, "activité physique susceptible de mettre en danger une femme ou son future nourisson". Violette et Klaus se souvenaient nettement de l'époque ou leur mère était enceinte de Sunny, et passait la plupart de son temps dans le plus grand sofa de leur bibliothèque, et que leur père lui apportait de la limonade et des toasts, ou ajustait l'oreiller derrière sa tête afin qu'elle dorme plus confortablement. Parfois, il programmait sur le phonographe un de ses révitals préférés, et elle se levait du sofa et se mettait à dancer avec une douceur infinie, caressant son ventre rond d'une main attendrie et adressant de drôles de grimaces à Klaus et Violette, qui regardait par la porte, mais d'une manière globale cette période fut assez sereine et agréable. Les Baudelaires étaient certains que leur mère n'avait jamais eu à emprunter un taxi et foncer dans un amas de haie hurlante alors qu'elle était enceinte, et ils prenaient en pitié Kit Snicket, dont la même condition ne lui épargnait pas des activités aussi dures.

"Descendez toutes vos affaires," fit Kit, "Et, si ça ne vous dérange pas, j'aimerais vous demander de porter mes affaires, aussi, juste des livres et quelques documents sur la plage avant. On ne doit en aucun cas laisser ses affaires dans un taxi, parce qu'il y a des chances de ne plus jamais les revoir. Dépêchez-vous, je vous prie. Nos ennemis risquent de retrouver la route qu'a prise notre taxi assez rapidement."

Voilà, c'est presque terminé !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 10:53

Super! Merci!! J'adore ces dialogues entre Kit et les Baud!
Revenir en haut Aller en bas
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 12:35

Kit tourna le dos aux Baudelaires et commença à marcher d’un pas agité sur un sentier qui sinuait au travers d’une pelouse, tandis que les Baudelaires s’entre-regardaient, incrédules.
« Quand nous sommes arrivés sur la plage de Malamer, dit Violette, et que nous avons aperçu ce taxi près du sable, comme l’avait indiqué le message j’ai cru que toutes nos questions trouveraient leurs réponses. Mais désormais j’ai plus de questions que jamais.
_ Moi aussi, fit Klaus. Qu’est-ce qu’elle va faire de nous, cette Kit Snicket, à la fin ?
_ Qu’est-ce qu’elle voulait dire en parlant de déguisements de concierges ? Interrogea Violette.
_ Et en parlant de nos premières filatures en tant qu’éclaireurs ? Demanda Klaus.
_ Qu’est-ce que ce brunch a de si important ?
_ Comment a-t-elle su qu’on avait rencontré ces deux personnes sur le mont Augur ?
_ Ou est Quigley Quagmire ? Demanda-t-elle désespérément en mentionnant un jeune homme auquel elle était très particulièrement attachée, et qui leur avait envoyé ce message.
_ Judas ? » osa demander Sunny d’un ton inquiet et murmurant, et c’était la plus préoccupante de toutes ces questions. Par « Judas », elle voulait dire quelque chose du genre : « Kit Snicket est elle digne de confiance, est-ce sûr de la suivre comme ça ? », et c’est souvent une question troublante à poser à un individu. Décider de croire ou non quelqu’un, c’est comme décider ou non de grimper à un arbre, car vous pouvez bénéficier d’une merveilleuse vue mais tout aussi bien vous casser un bras et couvrir vos vêtements de détritus si vous chutez. Les Baudelaires ne savaient strictement rien de Kit Snicket, et il était par conséquent très difficile de se décider à la suivre ou pas.
« Nous connaissons Kit Snicket depuis à peine une demi-heure, et elle a déjà trouvé le moyen de faire foncer son taxi dans le décor, déclara Violette. Normalement, ce serait inconsidéré de suivre quelqu’un de pareil, mais…
_ L’affiche…, déclara Klaus en finissant la phrase de sa sœur. Oui, moi aussi, je m’en souviens. Mère avait dit qu’elle l’avait chipé lors de l’entracte, en souvenir, et qu’elle n’avait jamais trouvé un opéra aussi palpitant et intéressant, et que jamais elle ne l’oublierait.
_ Et cette affiche montrait un revolver, ajouta Violette. Un revolver qui venait juste d’être utilisé, et donc avec une fumée qui sortait de son extrémité, et cette fumée formait les lettres du titre… »
Sunny acquiesça. « La forza del destino », commenta-t-elle.
Les trois enfants jetèrent un œil au sentier. Kit Snicket les avait déjà bien distancés, et n’avait pas une seule fois regardé en arrière pour voir s’ils la suivaient. Sans un mot, ils atteignirent la plage avant et ramassèrent ses affaires, c'est-à-dire les deux livres de poésie et un porte-documents encombré de notes. Puis, résolus, ils s’engagèrent sur la pelouse. Derrière eux, ils entendirent soudain un crissement aigu et désagréable, sans pour autant savoir s’il était du au dérapage d’un autre taxi sur la route, ou simplement au vent qui filtrait à travers les haies.

« La forza del destino » est une expression italienne qui signifie « La force de la destinée », et « Destinée » est un mot qui provoque souvent certains débats selon la vision qu’en ont les gens. Certains affirment que la destinée est une force à laquelle l’on ne peut échapper, comme la mort, ou un gâteau au fromage déssouflé, des choses qui finissent inéluctablement par vous tomber dessus un jour ou l’autre. Certains prétendent que la destinée est un évènement ou une période qui intervient à un moment de votre vie, comme par exemple le passage à l’âge adulte, ou le moment où vous devez absolument changer de cachette et vous dépatouiller de tous ces coussins de sofas que vous avez empilés sur votre corps. Et d’autres personnes pensent que la destinée est effectivement une force, mais invisible, comme la gravitation universelle, ou la pesanteur, ou encore la phobie des ciseaux à papiers, qui vous guide tout au long de votre vie, où que vous alliez et quoi que vous fassiez, comme s’engager dans une errance à durée indéterminée, fomenter des plans diaboliques, ou même avoir la merveilleuse idée de décider de jeter ce livre avant de l’avoir fini. Dans l’opéra « La forza del Destino », divers personnages se disputent, tombent amoureux, se marient en secret, s’échappent de monastères, vont faire la guerre, jurent leur revanche, s’engagent dans des duels, et laissent tomber des revolvers par terre, ce qui provoque accidentellement la mort de l’un d’entre eux, un désagrément finalement très similaire à celui qui se produit au neuvième chapitre de ce livre, et, pour terminer, tentent durant toute la pièce de savoir si la rencontre de tous ces individus est le résultat d’une destinée. Ils s’interrogent, se concertent, et débattent au sujet de tous les périls qu’ils ont eu à affronter, et de ce fait, lorsque tombe le rideau rouge du théâtre, le public lui-même ne comprend plus ce que signifient cette série de désastreuses aventures. Les orphelins Baudelaire étaient dans le même cas : ils n’avaient pas la moindre idée des périls qu’ils auraient à affronter s’ils se décidaient à suivre Kit Snicket sur ce sentier, mais ils se demandaient – tout comme moi je me suis demandé, lors de ce tragique après midi survenu il y a bien longtemps, alors que je m’échappais d’un opéra pour éviter qu’une certaine femme ne me rattrape dans ma course – si c’était la force de la destinée qui guidait leurs désastreuses aventures, ou bien quelque chose de bien plus sombre, de bien plus dangereux, et de bien plus désastreux.

Fin du chapitre 1 !
La suite de la traduction arrivera dans une durée totalement indéterminable, désolé, je ne suis pas sûr que le libraire chargé de me livrer mon tome 12 soit Vraiment Digne de Confiance !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 12:44

Merci beaucoup! Mais comment le destin t'a-t-il apporté le chapitre 1 et pas le livre en entier?
Revenir en haut Aller en bas
Tano Tatano
Salade du chef de fruits et légumes


Nombre de messages : 11798
Réputation : 644
Points : 20325
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 12:56

La même question pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lemony
Professeur Gengis


Nombre de messages : 2320
Age : 26
Ennuyeux Endroits : Lyon
Réputation : 13
Points : 12991
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 13:11

Le premier chapitre de tous les livres des Orphelins est disponible sur www.lemonysnicket.com ou sur le site d'Happercollins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 13:12

Ah ok ben on va attendre ça ne fait rien... Enfin si mais on peut pas faire autrement!
Revenir en haut Aller en bas
Mandragore
Oncle Monty


Nombre de messages : 367
Ennuyeux Endroits : Entre les racines
Réputation : 0
Points : 12327
Date d'inscription : 10/09/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mer 19 Oct - 14:05

merci merci merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cauchemar-infirmerie.forummotions.com
kartofel
Klaus


Nombre de messages : 578
Ennuyeux Endroits : ???
Réputation : 0
Points : 12465
Date d'inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 20 Oct - 17:03

merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hawenn
Homme aux crochets


Nombre de messages : 1143
Ennuyeux Endroits : Valencia, en Espagne
Réputation : 15
Points : 12885
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 20 Oct - 17:41

Merci !!!!!

^$^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 20 Oct - 18:17

Merci pour ce chapitre 1 Doc! Et pas de chance pour ton tome 12! Allez tu l'auras bientôt!
Revenir en haut Aller en bas
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Mar 25 Oct - 15:57


_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14444
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 10:35

Le chapitre 2 va être difficile à traduire parce qu'il y a des passages ou les lettres sont inversées (une sombre histoire de miroir...). Je me demande comment on va retranscrir ça ici!

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 11:29

Je vais essayer d'écrire les mots à l'envers ou alors je l'indiquerai quand c'est le cas par des parenthèses... Une seconde c'est TOI sui est censée traduire le chapitre 2 non ?

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14444
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 16:27

Euh bah oui plus ou moins! Mais moi je veux faire les séquences "Ceci n'est pas un chapitre"!

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11811
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679169
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 16:28

Oui, mais EN PLUS, petite maligne...

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/ En ligne
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14444
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 16:29

Héhé... bon ok! Mais moi je sais pas écrire à l'envers! Il faut une police spéciale pour ça!

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmé_Deschemizerre
Béatrice


Nombre de messages : 1655
Réputation : 0
Points : 12945
Date d'inscription : 16/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Jeu 27 Oct - 16:40

lool bon courage ! en tout les cas merci beaucoup orwell pour ce premier chapitre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lemony
Professeur Gengis


Nombre de messages : 2320
Age : 26
Ennuyeux Endroits : Lyon
Réputation : 13
Points : 12991
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Ven 28 Oct - 9:27

MDRR la misère que ça va être !!! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !   Aujourd'hui à 14:41

Revenir en haut Aller en bas
 
TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !
» [Rowling, J.K.] Harry Potter - Tome 3: Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
» Sunny Hill " Pray"
» La saga forerunners, Tome 1 : Halo : cryptum
» Traduction - Fabled Lands Tome 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire :: Le Snicketverse et la Communauté LPG :: Les Livres :: Un Final Farouche :: Fin de la série - sortie VF-
Sauter vers: