Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Premier forum francophone consacré à Lemony Snicket & Daniel Handler
 
AccueilGroupesFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionGalerie
Derniers sujets
Sujets similaires
Sondage
Avez-vous un calepin ?
Oui !
70%
 70% [ 14 ]
Non, et je ne compte pas en avoir un
25%
 25% [ 5 ]
Non, et je compte en avoir un bientôt
5%
 5% [ 1 ]
Total des votes : 20
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Elrond Smith
 
Baron Omar
 
Compt Olaf
 
robinDHER
 
Docteur Orwell.
 
Tano Tatano
 
Pinine
 
Prunille
 
Marv
 
Badducks
 
Statistiques
Nous avons 475 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est KurtSnicket

Nos membres ont posté un total de 228223 messages dans 1997 sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

 TRADUCTION TOME 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Petipa
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 9 Avr - 19:38

Je diasi la meme chose plus TELETUBIESment
Revenir en haut Aller en bas
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14447
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 10:08

Derien les amis! Je suis là pour ça Wink

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petipa
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 10:10

Vive Sunny, vive Sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 12:09

ouais VIVE SUNNY! VIVE SUNNY!!
Revenir en haut Aller en bas
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14447
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 14:30

Vous êtes trop gentils!! Embarassed

Pour vous récompensez... le chapitre 2!! Ouais!!
Bonne lecture! :D

« Juste en bas ! » dit la voix caverneuse, tandis que les orphelins Baudelaire commençaient leur parcours du combattant pour descendre l’échelle. « Ouep ! Attention à l’échelle ! Fermez derrière vous ! Ne vous précipitez pas ! Non ― prenez votre temps ! Ne tombez pas ! Attention où vous marchez ! Ouep ! Ne trébuchez pas ! Ne faites pas de bruit ! Ne m’effrayez pas ! Ne regardez pas en bas ! Non ― regardez où vous allez ! N’amenez aucun liquide inflammable avec vous ! Regardez vos pieds ! Ouep ! Non ― regardez votre dos ! Non ― regardez votre bouche ! Non ― regardez vous ! Ouep ! »
« ― Ouep ? » souffla Prunille à ses frères et sœurs.
― Ouep, expliqua Klaus doucement, est un autre mot pour dire "oui". »
« Ouep ! répéta la voix. Gardez les yeux ouverts ! Faites attention au dessous ! Faites attention au dessus ! Faites attention aux espions ! Faites attention l’un à l’autre ! Faites attention ! Ouep ! Soyez très prudent ! Soyez sur vos gardes ! Soyez beaucoup ! Faites une pause ! Non ― continuez ! Restez réveillés ! Calmez vous ! Descendez ! Continuez la descente ! Ne vous fâchez pas ! Ouep ! »
Aussi désespérée que leur situation puisse paraître, les Baudelaires étaient presque morts de rire. La voix sortait tellement d’instructions, dont tellement peu voulaient dire quelque chose, qu’il aurait été impossible pour les enfants de les suivre, et la voix était assez joyeuse et un petit peu dispersée, comme si qui que ce soit, la personne qui parlait se fichait pas mal de si oui ou non ces instructions étaient respectées, et les avait probablement déjà oubliées.
« Accrochez vous à la grille ! », continua la voix, tandis que les Baudelaires aperçurent une lumière à la fin du tunnel.
« Ouep ! Non ― accrochez vous à vous-mêmes ! Non ― accrochez vous à vos chapeaux ! Non ― accrochez vous à vos mains ! Non ! Attendez ! Attendez une minute ! Attendez une seconde ! Arrêtez d’attendre ! Arrêtez la guerre ! Arrêtez l’injustice ! Arrêtez de m’embêter ! Ouep ! »
Prunille fut la première à entrer dans le tunnel, elle fut donc la première à en atteindre le fond et à descendre précautionneusement dans une petite pièce vague, de plafond très bas. Au centre de la pièce se tenait un homme énorme habillé d’un costume brillant fait avec une sorte de matériel qui avait l’air très glissant, et des bottes ayant également l’air glissantes à ses pieds. Sur le costume il y avait le portrait d’un homme barbu, bien que l’homme qui portait le costume n’ait lui-même pas de barbe, simplement une très longue moustache qui s’enroulait aux deux extrémités comme une paire de parenthèses.
« L’un de vous est un bébé ! cria-t-il, tandis que Klaus et Violette descendaient eux-mêmes du tunnel après leur sœur. Ouep ! Non ― deux d’entre vous sont des bébés ! Non ― vous êtes trois ! Non ― pas un seul d’entre vous n’est un bébé ! Enfin, l’un de vous est une sorte de bébé ! Bienvenue ! Ouep ! Salut ! Bonjour ! Allo ! Serrez moi la main ! Ouep ! »
Les Baudelaires secouèrent rapidement la main de l’homme, qui était recouverte d’un gant fait de la même matière glissante.
« ― Je m’appelle Violette B― commença Violette
― Baudelaire ! interrompit l’homme. Je sais ! Je ne suis pas idiot ! Ouep ! Et vous êtes Klaus et Prunille ! Vous êtes les Baudelaires ! Les trois enfants Baudelaire ! Ouep ! Ceux que le Petit Pointilleux accuse de tous les crimes auxquels ils peuvent penser mais vous êtes vraiment innocents mais pourtant vous êtes dans les ennuis jusqu’au cou ! Bien sûr ! Heureux de vous rencontrer ! En personne ! Pour ainsi dire ! Allons-y ! Suivez moi ! Ouep ! »
L’homme tournoya et sortit à pas bruyants de la pièce, ne laissant aux Baudelaires déconcertés pas d’autre alternative que de le suivre dans le couloir. Le couloir était recouvert de divers tubes qui couraient le long des murs, par terre et au plafond, et du coup les Baudelaires devaient parfois se baisser, ou enjamber des tuyaux pour pouvoir avancer. Des gouttes d’eau tombaient parfois de l’un des tubes et atterrissaient sur leurs têtes, mais ils étaient déjà tellement trempés par les eaux de la Frappée que c’est à peine s’ils le remarquaient. En plus, ils étaient déjà trop occupés à essayer de suivre ce que l’homme disait pour penser à autre chose.
« ― Voyons voir ! Je vais vous mettre au travail dès maintenant ! Ouep ! Non ― d’abord je vais vous faire visiter ! Non ― je vais vous servir le déjeuner ! Non ― je vais vous présenter mon équipage ! Non ― je vais vous laisser vous reposer ! Non ― je ferais mieux de vous donner des uniformes ! Ouep ! C’est important que tout le monde à bord porte un uniforme qui résiste à l’eau, au cas où le sous-marin s’effondre et que nous nous trouvions sous l’eau ! Bien sûr, dans ce cas nous aurons besoin de casques de plongée ! Sauf Prunille parce qu’elle est trop petite pour en porter ! Je pense qu’elle serait noyée ! Non ― elle peut s’entortiller à l’intérieur d’un casque de plongée ! Ouep ! Les casques ont une petite porte sur le cou exprès pour cela ! Ouep ! J’ai déjà vu quelqu’un le faire ! J’ai vu tellement de choses dans ma vie !
― Excusez-moi, dit Violette, mais pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?
L’homme tournoya pour faire face aux enfants releva ses mains au-dessus de sa tête.
Quoi? tonna l’homme. Vous ne savez pas qui je suis ? Je n’ai jamais été autant insulté de ma vie ! Non ― j’ai déjà été plus insulté. Plusieurs fois, même. Ouep ! Je me rappelle quand le Comte Olaf se tourna vers moi et dit, de cette horrible voix qui est la sienne ― Non, laissez tomber. Je vais vous le dire. Je suis le Capitaine Widdershins. Ca s’écrit W-I-D-D-E-R-S-H-I-N-S. A l’envers c’est S-N-I-H-S-R ― enfin, laissez tomber. Personne ne l’écrit à l’envers! Sauf les gens qui n’ont aucun respect pour l’alphabet ! Et ils ne sont pas là ! N’est-ce pas ?
― Non, dit Klaus. Nous avons beaucoup de respect pour l’alphabet.
― Je devrais dire la même chose ! cria le capitaine. Klaus Baudelaire manque de respect pour l’alphabet ? Eh bien, c’est impensable ! Ouep ! C’est illégal ! C’est impossible ! Ce n’est pas vrai ! Comment oses-tu le dire ! Non ― tu ne l’as pas dit ! Je m’excuse ! Mille fois pardon ! Ouep !
― C’est votre sous-marin , Capitaine Widdershins ? demanda Violette.
Quoi? rugit le capitaine. Tu ne sais pas à qui est ce sous-marin ? Une inventrice renommée comme toi, et tu n’as pas la moindre notion d’histoire basique des sous-marins ? Bien sûr que c’est mon sous-marin ! C’est mon sous-marin depuis des années ! Ouep ! Vous n’avez jamais entendu parler du Capitaine Widdershins et du Queequeg ? Vous n’avez jamais entendu parler du Sous-marin Q et son Equipage de Deux ? C’est un petit surnom que j’ai moi-même inventé ! Avec un peu d’aide ! Ouep ! Je pensais qu’Agrippine vous aurait parlé du Queequeg ! Après tout, j’ai patrouillé sous le lac Chaudelarmes pendant des années! Pauvre Agrippine ! Il ne se passe pas un jour sans que je pense à elle ! Ouep ! Sauf quand il y a des jours où ça glisse de mon esprit !
― Nottooti? demanda Prunille
― On m’avait dit que ça me prendrait du temps pour comprendre tout ce que tu dis, dit le capitaine, regardant Prunille. Je ne suis pas sûr de trouver le temps pour apprendre un autre langage étranger ! Ouep ! Peut-être pourrais-je m’enrôler dans un cours de nuit !
― Ce que ma soeur veut dire, dit Violette rapidement, c’est que c’est curieux que vous sachiez autant de choses nous concernant.
― Comment n’importe qui sait n’importe quoi sur n’importe quoi ? répondit le capitaine. Je le lis, bien sûr ! Ouep ! J’ai lu toutes les Vraies Dépêches Communiquées aux volontaires que j’ai reçu ! Bien que depuis quelque temps je n’en reçoit plus aucune ! Ouep ! C’est pourquoi je suis content que vous soyez arrivés ! Ouep ! J’ai cru que j’allais m’évanouir quand j’ai scruté les eaux à travers le périscope et vu vos petits visages humides me regarder ! Ouep ! J’étais sûr que c’était vous, mais je n’ai pas hésité à vous demander le mot de passe ! Ouep ! Je n’hésite jamais ! C’est ma philosophie personnelle ! »
Le capitaine s’arrêta au milieu du vestibule, et pointa du doigt un rectangle de cuivre accroché au mur. C’était une plaque, un mot qui signifie ici « rectangle de métal avec des mots gravés dessus, souvent pour indiquer que quelque chose d’important était arrivé à l’endroit où le rectangle est accroché ». Cette plaque avait un large œil de VDC gravé sur le dessus, qui surveillait les mots LA PHILOSOPHIE PERSONELLE DU CAPITAINE gravés en grosses lettres, mais les Baudelaires durent apprendre ce qu’il était marqué en dessous.
« ― Celui ou celle qui hésite est perdu ! cria le capitaine, pointant chaque mot d’un doigt boudiné recouvert d’un gant.
― Ou celle, ajouta Violette, désignant deux mots que quelqu’un avait ajouté à la main.
― Ma belle-fille a ajouté ça, dit le Capitaine Widdershins. Et elle a raison ! Ou celle ! Un jour que je marchais dans ce vestibule, j’ai réalisé que n’importe qui pouvait être perdu s’il hésitait ! Une énorme pieuvre pourrait vous pourchasser, et si vous décidez de vos arrêter pour lacer vos chaussures, qu’arriverait-il ? Tout serait perdu, voilà ce qui arriverait ! Ouep ! C’est ma philosophie personnelle ! Je n’hésite jamais ! Jamais ! Ouep ! Enfin, quelques fois seulement ! Mais j’essaye de ne pas le faire ! Parce que celui ou celle qui hésite est perdu ! Allons-y ! »
Sans hésiter une seconde de plus devant la plaque, le Capitaine Widdershins tournoya et laissa les enfants plus loin dans le couloir, qui résonnait à chaque pas du bruit bizarre que faisaient ses bottes résistantes à l’eau. Les enfants étaient quelque peu étourdis par le langage du capitaine, ils pensaient à sa philosophie personnelle et se demandaient si oui ou non ils allaient l’adopter. Avoir une philosophie personnelle c’est comme avoir un animal de compagnie, dans le sens où cela peut sembler très attrayant au moment où vous l’adoptez, mais il peut y avoir des situations où elle se rend complètement inutile. « Celui où celle qui hésite est perdu » pouvait paraître une philosophie sensée au premier coup d’œil, mais les Baudelaires pouvaient citer beaucoup de situations dans lesquelles hésiter s’était révélé être la meilleure chose à faire. Violette était ravie d’avoir hésité, quand elle et ses cadets vivaient chez leur tante Agrippine, sans quoi elle n’aurait peut-être jamais réalisé l’importance des pastilles de menthe qu’elle trouva dans sa poche. Klaus était ravi d’avoir hésité à la clinique Heimlich, sans quoi il n’aurait peut-être jamais trouvé un moyen de se déguiser, Prunille et lui, en médecins professionnels pour pouvoir sauver Violette d’une opération chirurgicale inutile. Et Prunille était ravie d’avoir hésité en-dehors de la tente d’Olaf sur le mont Augur, sans quoi elle n’aurait peut-être jamais entendu le nom du dernier lieu sûr, que les Baudelaires espéraient toujours atteindre. Mais malgré tous ces évènements pendant lesquels hésiter s’était trouvé utile, les Baudelaires de souhaitaient pas adopter « Celui où celle qui n’hésite pas est perdu » comme leur philosophie personnelle, parce qu’une pieuvre géante pouvait se montrer à n’importe quel moment, particulièrement quand les Baudelaires étaient dans un sous-marin, et les enfants seraient vraiment idiots d’hésiter si la pieuvre les poursuivait. Peut-être, pensaient les Baudelaires, que la philosophie personnelle la plus sage concernant l’hésitation serait « Parfois il ou elle devrait hésiter et parfois il ou elle ne devrait pas hésiter », mais cela semblait bien trop long et vague pour l’écrire sur une plaque.
« ― Peut-être que si je n’avais pas hésité, continua le capitaine, le Queequeg aurait éte réparé depuis longtemps ! Ouep ! Le sous-marin Q et son Equipage de Deux n’est pas dans son meilleur état, j’ai bien peur ! Ouep ! Nous avons été attaqués par des bandits et des sangsues, par des requins et des agents immobiliers, par des pirates et des petites copines, par des torpilles et des saumons en colère ! Ouep ! » Il s’arrêta devant l’épaisse porte de métal, se tourna vers les Baudelaires et soupira. « Tout, depuis mon mécanisme de radars jusqu’à mon réveil, ne fonctionne pas bien ! Ouep ! C’est pourquoi je suis content que tu sois là, Violette Baudelaire ! Nous avons recherché avec acharnement quelqu’un aux talents mécaniques!
― Je vais voir ce que je peux faire, dit Violette.
― Et bien, regarde! cria le Capitaine Widdershins, et il pivota et ouvrit la porte. Les Baudelaires le suivirent dans une énorme pièce caverneuse qui résonnait quand il parlait. Il y avait des tuyaux au plafond, des tuyaux sur le sol, et des tuyaux qui sortaient des murs à chaque angle. Entre les tuyaux, il y avait collection étourdissante de machines à boutons, engrenages et petits écrans, de même que des petits signes qui disaient DANGER !, ATTENTION !, et CELUI OU CELLE QUI HESITE EST PERDU !. Ici et là gisaient des lumières vertes, et tout au fond il y avait une énorme table en bois où s’entassaient livres, cartes et vaisselle sale, qui se trouvait juste en dessous d’un énorme hublot, un mot qui veut dire ici : « fenêtre ronde par laquelle les Baudelaires pouvaient voir les eaux sales de la Frappée ».
« ― C’est le ventre de la bête ! dit le capitaine. Ouep ! C’est le centre de toutes les opérations à bord du Queequeg ! C’est d’ici que l’on contrôle le sous-marin, mangeons, recherchons nos missions, et jouons à des jeux de bord quand nous en avons marre de travailler !
Il progressa à travers la pièce et se baissa subitement sous l’une des machines.
― Fiona ! appella-t-il. Sors de là ! »

(suite page suivante!) -->

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."


Dernière édition par le Dim 10 Avr - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14447
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 14:31

(suite du chapitre 2)

Il y eu faible cliquettis, et les enfants virent quelque chose sortir en courant de dessous la machine et s’arrêter à mi-chemin. Dans la vague lumière verte cela pris un moment pour réaliser que c’était une fille un tout petit peu plus âgée que Violette, qui était allongée sur le dos sur une petite plateforme avec des roues. Elle portait exactement le même costume que celui du Capitaine Widdershins, avec le même portrait de l’homme barbu au milieu, et elle avait une lampe de poche dans une main et une paire de pinces dans l’autre. Elle tendit les pinces à son beau-père en souriant, qui l’aida à se soulever de la plateforme tandis qu’elle chaussait une paire de lunettes triangulaires.
« ― Enfants Baudelaires, dit le capitaine, voici Fiona, ma belle-fille. Fiona, voici Violette, Klaus et Prunille Baudelaire.
― Enchantée, dit-elle, tendant une main gantée, d’abord à Violette, puis à Klaus, et enfin à Prunille, qui la gratifia d’un grand sourire de ses dents de castor. Je suis désolée de n’avoir pas été en haut pour vous rencontrer. J’ai essayé de réparer ce dispositif de télégrammes, mais la réparation électrique n’est pas ma spécialité.
― Ouep! dit le capitaine. Depuis pas mal de temps nous avons arrêté de recevoir des télégrammes, mais Fiona n’arrive pas à se débrouiller avec le dispositif ! Violette, au travail !
― Vous allez avoir à oublier la façon de parler de mon beau-père, dit Fiona, passant un bras autour de son épaule. Ca peut prendre du temps à s’habituer.
― Nous n’avons pas le temps de s’habituer à n’importe quoi ! cria le Capitaine Widdershins. Ce n’est pas le moment de se résigner ! Celui qui hésite est perdu !
― Ou celle, corrigea calmement Fiona. Viens, Violette, je vais te trouver un uniforme. Si tu te demandes de qui est le portrait qui est dessus, c’est Herman Melville.
― C’est l’un de mes auteurs préférés, dit Klaus. J’adore la façon dont il dramatise le sort de personnes dominées, comme des marins sans le sou ou des enfants exploités, à travers cette étrange prose philosophique et souvent expérimentale.
― J’aurais dû deviner que tu l’aimait bien, répondit Fiona. Quand la maison d’Agrippine est tombée dans le lac, mon beau-père et moi nous sommes débrouillés pour sauver quelques livres de sa bibliothèque avant qu’ils deviennent trop trempés. J’ai lu quelques une de tes notes dans lesquelles tu déchiffrais des messages, Klaus. Tu es un chercheur très perspicace.
― C’est gentil à toi de le dire, dit Klaus
― Ouep! cria le capitaine. Un chercheur perspicace, c’est juste ce dont on a besoin ! Il marcha à pas bruyants vers la table et souleva une pile de papiers. Une certaine chauffeuse de taxi s’arrangea pour me faire passer ces cartes en contrebande, dit-il, mais je ne peux pas me débrouiller avec ! Elles sont confuses ! Elles sont confondantes ! Elles sont conversationnelles ! Non ― ce n’est pas ce que je veux dire !
― Je pense que vous voulez dire convolutées, dit Klaus, scrutant les cartes. “Conversationnelles” veut dire “faire la conversation” mais “convolutées” veut dire “compliquées”. Quel genre de cartes c’est ?
― Cartes marines ! cria le capitaine. Nous devons trouver le trajet exact des vagues prédominantes au point où la Frappée rencontre la mer ! Klaus, je veux que tu trouves un uniforme et que tu ailles au travail immédiatement ! Ouep !
― Ouep! dit Klaus, essayant de se mettre dans l’ambiance du Queequeg.
― Ouep! répondit le capitaine dans un joyeux rugissement.
― Hep? demanda Prunille.
― Ouep! dit le capitaine. Je ne t’avais pas oubliée, Prunille ! Je n’oublierais jamais Prunille ! Jamais en un million d’années ! Mais je ne pense pas vivre aussi longtemps ! Particulièrement parce que je ne fais pas beaucoup d’exercice ! Mais je n’aime pas l’exercice, donc ça n’en vaut pas la peine ! Tiens, je me rappelle quand ils ne voulaient pas me laisser escalader les montagnes parce que je ne m’étais pas entraîné comme il faut, et ―
― Peut-être devrais-tu dire à Prunille ce que tu voulait qu’elle fasse, dit Fiona doucement.
― Bien sûr ! Naturellement ! Notre autre homme d’équipage est en charge de faire la cuisine, mais tout ce qu’il fait c’est d’horribles cocottes mouillées ! J’en ai marre ! J’espère que tes talents de chef pourraient améliorer notre situation culinaire!
― Sous, dit Prunille modestement, ce qui signifiait quelque chose comme “Je n’ai pas cuisiné depuis très longtemps” et ses aînés traduisirent rapidement.
― Et bien, c’est une urgence ! répondit le capitaine, rejoignant une porte lointaine où il était marqué CUISINE. Nous ne pouvons pas attendre que Prunille devienne une experte avant d’aller au travail ! Celui ou celle qui hésite est perdu ! Il ouvrit la porte et appela : “Cuisto ! Sors de là et viens voir les Baudelaires !
Les enfants entendirent un petit bruit de pas inégal, comme si le cuisinier avait un problème avec une jambe, puis un homme boitilla jusqu’à la porte, portent le même uniforme que le capitaine et un grand sourire sur son visage.
― Les Baudelaires! dit-il. J’ai toujours su que je vous reverrais un jour !
Les trois enfants regardèrent vers l’homme et se regardèrent les uns les autres avec stupéfaction, un mot qui signifie ici : « étonnement de revoir un homme pour la première fois depuis leur séjour à la Scierie Fleurbon-Laubaine, quand sa gentillesse envers eux avait été l’une des choses positives et peu nombreuses de cet autre chapitre misérable de leurs vies ».
― Phil! cria Violette. Que faites-vous ici ?
― C’est le second de notre Equipage de Deux ! cria le capitaine. Ouep ! Le premier second de l’équipage de deux était la mère de Fiona, mais elle mourut dans un accident avec un lamantin il y a quelques années.
― Je ne suis pas sûre que c’était un accident, dit Fiona.
― Puis nous avons eu Jacques ! continua le capitaine. Ouep, et puis je-ne-me-souviens-plus-de-son-nom, le frère de Jacques, et puis une redoutable femme qui s’avéra être une espionne, et finalement nous avons Phil ! Bien que je préfère l’appeler Cuisto ! Je ne sais pas pourquoi !
― J’en avait marre de travailler à la scierie, dit Phil. J’était sûr de pouvoir trouver un meilleur boulot, et regardez moi maintenant ― cuisinier sur un sous-marin délabré. La vie va toujours de mieux en mieux.
― Vous étiez déjà un optimiste, dit Klaus.
― Nous n’avons pas besoin d’un optimiste ! dit le Capitaine Widdershins. Nous avons besoin d’un cuisinier ! Allez au travail, Baudelaires ! Vous trois ! Ouep ! Nous n’avons pas de temps à perdre ! Celui qui hésite est perdu !
― Ou celle, rappella Fiona à son beau-père. Et doit-on vraiment commencer maintenant ? Je suis sûre que les Baudelaires sont épuisés de leur voyage. Nous pourrions passer un après-midi sympa et paisible en jouant à des jeux de bord ―
― Des jeux de bord? dit le capitaine avec étonnement. Amusements ? Divertissements ? Nous n’avons pas le temps pour ce genre de choses ! Ouep ! Aujourd’hui c’est Samedi, ce qui veut dire que nous avons seulement cinq jours restants ! La réunion des VDC est Jeudi, et je ne veux pas que n’importe qui à l’Hôtel Dénouement dise que le Queequeg n’a pas réussi sa mission !
― Mission? demanda Prunille.
― Ouep! dit le Capitaine Widdershins. Nos ne devons pas hésiter ! Nous devons agir ! Nous devons nous dépêcher ! Nous devons bouger ! Nous devons chercher ! Nous devons investiguer ! Nous devons chasser ! Nous devons poursuivre ! Nous devons nous arrêter occasionnellement pour un bref snack ! Nous devons trouver ce sucrier avant le Comte Olaf ! Ouep ! »

Voilà! J'espère que ça vous a plu Wink
A bientôt pour... le chapitre 3!!

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 15:17

Merci Sunny !! J'attends le chapitre 3 avec impatience bien qu'il ne me restera que 10 chapitres à lire en aout!
Revenir en haut Aller en bas
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14447
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 15:29

Tu sais je compte traduire tout!! Mais bon, tu seras pas obligé de tout lire. Mais si tu tiens vraiment à savoir où est Quigley alors... Razz

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 15:43

mais juste ça!! méchante!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Sunny
Vendeur de bananes


Nombre de messages : 6719
Ennuyeux Endroits : Dans la peau de John Malkovitch.
Réputation : -5
Points : 14447
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 18:20

Hé hé^^ lol! Bon si t'y tiens je te le dirais mais pas maintenant! Je ménage un peu le suspens Wink

_________________
_What will you do while I'm gone?
_ Oh, the usual... Pizza. Ianto. Save the world a couple of times.



"One day I flew to Hawaii to do a guest spot, and four years later it's become the role of my lifetime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Dim 10 Avr - 18:37

maintenant???
Revenir en haut Aller en bas
Nebuleuse
Fiona


Nombre de messages : 182
Réputation : 0
Points : 12948
Date d'inscription : 16/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Mer 13 Avr - 18:39

Merci Sunny pour tes traductions, comme ça c'est bien, vu que je pourrais pas attendre jusqu'en aout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Mer 13 Avr - 18:40

ouais! c cool mais je pense que je lirais maximum jusqu'au chapitre 6! enfin si j'y arrive!!
Revenir en haut Aller en bas
Hawenn
Homme aux crochets


Nombre de messages : 1143
Ennuyeux Endroits : Valencia, en Espagne
Réputation : 15
Points : 12888
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Jeu 14 Avr - 5:35

Eh bien moi je ne sais si je dois lire la traduction (???????????????????¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿????????????????????)

^$^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tano Tatano
Salade du chef de fruits et légumes


Nombre de messages : 11798
Réputation : 644
Points : 20328
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Jeu 14 Avr - 8:59

Moi, c'est pareil, je n'ose pas trop lire... Après, l'attente va être horrible. Je préfère attendre un grand coup jusqu'en août, puis tout lire d'un bloc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Jeu 14 Avr - 17:55

moi c'est pareil mais au début je me suis dit, bon le chapitre 1 c'est rien et puis après quand sunny a mis en ligne le deuxième chapitre, vu la fin du premier j'ai pas pu résister!! au fait tano tatano t'as reçu ta bio??
Revenir en haut Aller en bas
Hawenn
Homme aux crochets


Nombre de messages : 1143
Ennuyeux Endroits : Valencia, en Espagne
Réputation : 15
Points : 12888
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Jeu 14 Avr - 20:31

Moi je crois que je vais attendre août sans te vexer Sunny !!!

^$^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lemony
Professeur Gengis


Nombre de messages : 2320
Age : 26
Ennuyeux Endroits : Lyon
Réputation : 13
Points : 12994
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Ven 15 Avr - 10:22

Lol , un pote ma dit pareille j'étais choqué , pouvoir lire ce tome gratuitement et complet avant tout le monde , c'est une chance innéspéré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Ven 15 Avr - 15:44

oui mais l'attente fait partie du plaisir de lire le livre!!
Revenir en haut Aller en bas
Hawenn
Homme aux crochets


Nombre de messages : 1143
Ennuyeux Endroits : Valencia, en Espagne
Réputation : 15
Points : 12888
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Ven 15 Avr - 20:32

Exactement, en plus ce n'est pas la même chose de lire sur un écran que de lire avec un bon livre entre les mains !!

^$^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 23 Avr - 16:47

mias bon c quand même cool de le lire mnt!
Revenir en haut Aller en bas
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11812
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679173
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 23 Avr - 16:49

C'est déloyal ! Je respecte trop Handler pour lui faire un coup comme ça !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 23 Avr - 17:11

de tte façon la traductrice ne mettra pas les mêmes mots!!
Revenir en haut Aller en bas
Esmé_Deschemizerre
Béatrice


Nombre de messages : 1655
Réputation : 0
Points : 12948
Date d'inscription : 16/02/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 23 Avr - 17:14

ben oui et c'est hyper agréable de lire a l'avance , j'aime pas lire sur un écran mais là sa vaux le coup ! ceux qui aiment pas ils on pas a poster des trucs contre la traduction ça sert a rien , seulement a décourager sunny , y fo plutot lui dire bravo pour le travail qu'elle fait pour nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11812
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679173
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Sam 23 Avr - 17:17

Oups je croyais que vous parliez d'un e-book piraté !!!!!!!!
Toutes mes excuses à Sunny ! Je ne la visais pas et franchement ses traducs sont excellents, Pardon !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TRADUCTION TOME 11   Aujourd'hui à 2:13

Revenir en haut Aller en bas
 
TRADUCTION TOME 11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» TRADUCTION DU TOME 12 PAR ORWELL ET/OU SUNNY !
» Soil
» [King, Stephen] Dôme - Tome 1
» La saga forerunners, Tome 1 : Halo : cryptum
» Traduction - Fabled Lands Tome 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire :: Le Snicketverse et la Communauté LPG :: Les Livres :: Une Suite Suspicieuse-
Sauter vers: