Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Premier forum francophone consacré à Lemony Snicket & Daniel Handler
 
AccueilGroupesFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionGalerie
Derniers sujets
Sujets similaires
Sondage
Avez-vous un calepin ?
Oui !
70%
 70% [ 14 ]
Non, et je ne compte pas en avoir un
25%
 25% [ 5 ]
Non, et je compte en avoir un bientôt
5%
 5% [ 1 ]
Total des votes : 20
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Elrond Smith
 
Baron Omar
 
Compt Olaf
 
robinDHER
 
Docteur Orwell.
 
Tano Tatano
 
Pinine
 
Prunille
 
Marv
 
Badducks
 
Statistiques
Nous avons 475 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est KurtSnicket

Nos membres ont posté un total de 228223 messages dans 1997 sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

 Les fleurs du mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les fleurs du mal   Mer 3 Mai - 16:51

A l'occasion de ma relecture des Fleurs du mal, trois poèmes m'ont interpellé plus ou moins...


Tout d'abord, il y a La Beauté. Ca peut paraître et ça peut être simple coïncidence, mais c'est très vaguement un anagramme de Béatrice.

"Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poëte un amour
Eternel et muet ainsi que la matière.

Je trône dans l'azur comme un sphynx incompris;
J'unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poëtes, devant mes grandes attitudes,
Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d'austères études;

Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles:
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles!"

Avec tant de coïncidences... Ou alors je m'imagine quelque chose. Bref.
Déjà, on repère que Béatrice -la Beauté- bah est très belle: tout le monde la remarque, bref. On parle de poète. Ne peut-on pas comparer à un poète malheureux Lemony -qui écrit, d'ailleurs-? L'amour est "éternel et muet": ça ne veut pas dire qu'entre Lemony et Bétarice c'est impossible physiquement, mais seulement spirituellement? "Mes grandes attitudes" ne rappelle-t-il pas toutes las attitudes et scènes dramatiques qu'entraînèrent Beatrice dans la vie de Lemony? "D'austères études" n'évoque-t-il pas les études VDC? -auquel cas Béatrice serait une MVDC- Enfin, la dernière phrase est claire. Le symbole de Bétarice n'est-il pas l'oeil VDC? Vu l'entrain avec lequel c'est dit, on peut penser à une MVDC...


On trouve aussi un poème sans nom, XXII.

"Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
O vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus ironiquement accumuler les lieues
Qui séparant mes bras des immensités bleues.

Je m'avance à l'attaque, et je grime aux assauts,
Comme après un cadavre un choeur de vermisseaux,
Et je chéris, ô bête implacable et cruelle!
Jusqu'à cette froideur par où tu m'es plus belle!"

Le rapprochement n'est pas manifeste, mais le fait que l'aimée -de ce poème-là- de Baudelaire soit taciturne nous rapporte à Béatrice: Snicket ne nous parle jamais de son histoire avec elle.

De plus, on peut lier les trois poèmes par le fait que l'aimée fuit le poète, ou alors ne l'aime pas, bref s'en moque. Beatrice et Lemony sont apparemment dans deux camps opposés de VDC, mais se peut-il que Beatrice n'aime pas Lemony -à l'opposé de certaines infos dans les livres-?


Enfin évidemment il y a La Béatrice:

-un peu long à taper, on va sauter un passage-

"Dans des terrains cendreux, calcinés, sans verdure,
Comme je me plaignais un jour à la nature...
[des créatures semblables à des nains arrivent du ciel en plein midi -Dieu, l'oeil omniprésent- et se moquent de lui, leur description m'évoque celle d'un acteur de théâtre...]
J'aurais pu (mon orgueil aussi haut que les monts
Domine la nuée et le cri des démons)
Détourner simplement ma tête souveraine,
Si je n'eusse pas vous parmi leur troupe obscène,
Crime qui n'a pas fait chanceler le Soleil!
La reine de mon coeur au regard nonpareil,
Qui riait avec eux de ma sombre détresse
Et leur versait parfois quelque sale caresse."

Le début évoque clairement comme un lieu d'incendie, où Lemony se plaindrait de VDC et de tout le mal qu'il fait. La tête souveraine évoque vaguement un penchant noble, aguerri. La troupe obscène a ici double-sens: troupe de théâtre et bande de MVDC. On parlait plus haut du soleil comme l'oeil: VDC n'aurait rien fait pour arranger l'histoire entre Lemony et Beatrice. Cette dernière semble d'ailleurs être du camp opposé à Lemony -logiquement, MVDC-, et est peut-être même très attachée à un MVDC...


Bref voilà, ce livre inspire beaucoup au niveau des théories. Evidemment je peuxme tromper dans pas mal de trucs -surtout que beaucoup de choses sopnt en opposition aux commentaires de Lemony dans son récit-...
On retient surtout que d'après le poème le plus clair -le dernier- Beatrice serait du camp opposé à Lemony.
Revenir en haut Aller en bas
Tano Tatano
Salade du chef de fruits et légumes


Nombre de messages : 11798
Réputation : 644
Points : 20328
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Mer 3 Mai - 16:59

Pour ce qui est du dernier poème, cela a déjà été dit quelque part.

Pour le reste, humm... je pense que tu cherches des coïncidences là où il n'y en a pas. Tous les poètes romantiques parlent d'amour malheureux, c'est le principe même.
Le fait qu'il apparaisse une Béatrice.... Note d'ailleurs que ce poème s'appelle La Béatrice et non Béatrice.
Parce que Beatrice est un personnage mythique, le personnage mythique de l'amour raté.

Et pour des coïncidences, tu en auras sûrement aussi dans un livre de cuisine. Je suis qu'ils parlent de saumon, de trucs brûlés, et de glaces !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11812
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679173
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Mer 3 Mai - 18:37

Des recherches passionantes... Néanmoins, il est clair que tu vas un peu loin, Handler n'a pu "copier" à ce point Baudelaire... Mais le fait qu'il n'ait pas révélé la fin du poème "La Béatrice" dans "The Bad Beginning : Bad Edition," est intéressant... Même si Béa semblait définitivement du bon côté du schisme...

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Mer 3 Mai - 19:45

C'est surtout le point qui m'a le plus interpellé. C'est vrai qu'après tout les autres poèmes ne font qu'affirmer ce qu'on connaît déjà, donc c'est vrai, ils peuvent être de simples coïncidences.

A Tano: je sais que ça avait été dit quelque part, mais comme l'a précisé Orwell je ne pense pas que la fin avait été étudiée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Jacques Snicket
Lemony Snicket


Nombre de messages : 1915
Age : 21
Ennuyeux Endroits : Retourne-toi !
Réputation : 6
Points : 11591
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Mar 20 Juin - 16:54

Orwell a raison : Beatrice est sensiblement du bon bord.
La preuve, c'est que Lemony Snicket parle de C.M. Kornbluth qui aurait dit, s'il avait vu Violette en pleine invention, il aurait dit :Beatrice, viens donc voir ce que fait cette enfant !
Or, Kornbluth était BVDC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Orwell.
Archonte


Nombre de messages : 11812
Age : 26
Ennuyeux Endroits : A l'Hôpital Heimlich.
Réputation : 1211
Points : 679173
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Mar 20 Juin - 17:05

Heu, excuse-moi, mais ça ne prouve strictement rien...
Juste que Béa a été entraînée enfant par des BVDC... Et alors ? Olmaf, Esmé et Fernald aussi !

_________________
Mais la fatalité ne connaît point de trêve : le ver est dans le fruit, le réveil dans le rêve, et le remords est dans l'amour : telle est la loi. Le bonheur a marché côte à côte avec moi.



"To ***, with best wishes and worst fears." Da.H---, (allegedly L.S.) I-X 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danielhandler.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les fleurs du mal   Aujourd'hui à 2:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fleurs du mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Fleurs du Mal - Baudelaire
» Fleurs en pâte à sucre
» Drôle de papillon dans mes fleurs, "oiseau-mouche" (Colibri) à Montpellier?
» 3 sept. - bouquet de fleurs
» Fleurs et rubans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire :: Théories :: Béatrice-
Sauter vers: